Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Consommation responsable - Commerce équitable

Se faire le relais d'informations proposant une autre façon de consommer, intelligible et intelligente.

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 4 septembre 2014

Nano fête des micros brasseries bio 2014

Depuis 4 ans, rentrée scolaire rime avec nano fête des micro brasseurs bios.
Celle-ci, organisée par l’Épicerie Équitable, se tiendra à la Guillotière, à Lyon, le vendredi 12 septembre 2014 à partir de 17h.

L'occasion pour toutes celles et ceux en âge de goûter une, voire des bières artisanales à la pression préparées à base de produits issus de l'agriculture biologique, de décompresser en cette période de l'année stressante (enfin il parait. parce que le stress n'appartient qu'à ceux qui l'acceptent ! Et pas de ça chez nous !)

Vous pourrez affoler vos papilles avec La Soyeuse (69), L'Affoleuse (69), La Voie Maltée (01), les Bières du temps (38), la Brasserie de la Loire (42), La Franche (39), la De 2 sous de table (59), la Brasserie du Vercors (38) et la Giffre (74).

Le tout arrosé de musique, moules, frites, hot-dogs et crêpes.
Autant dire que ne pas y être est complètement déraisonnable !

Nano fête bières bio 2014

jeudi 24 octobre 2013

"La vie Auchan, elle change la Vie"... parfois de façon radicale et irréversible

Auchan change la vie
L'enseigne française qui promet la Vie, la vraie, a reconnu que des vêtements de sa marque In extenso avaient été produits au Rana Plaza. Cet immeuble s'effondrait le 24 avril dernier, au Bangladesh, faisant 1133 morts et plus de 2 000 blessés.

Après le drame, la mobilisation citoyenne et la pression médiatique ont poussé plus de 100 entreprises à signer un Accord de prévention des incendies et de sécurité des bâtiments au Bangladesh. Réclamé de longue date par Peuples Solidaires - ActionAid France, le Collectif Ethique sur l'étiquette et leurs partenaires internationaux, cet accord vise à prévenir de nouveaux accidents. Cependant, hormis quelques aides d'urgence, les victimes du Rana Plaza et leurs familles n'ont reçu aucune indemnisation.

Aujourd'hui, en lien avec l'Organisation internationale du travail (OIT), des discussions sont en cours en vue de mettre rapidement sur pied un fonds d'indemnisation des victimes*. Alors que neuf entreprises ont accepté de participer aux négociations, Auchan y brille par son absence... se disant victime d'une sous-traitance irrégulière et annonçant un « plan de lutte contre la sous-traitance opaque ».
Pour les ONG, il s'agit d'une mesure en trompe-l'œil car cette sous-traitance informelle et les violations qui en découlent sont aussi la conséquence des pratiques d'achat abusives des supermarchés et des grandes marques.

Auchan cherche-t-il ainsi à se dédouaner de sa responsabilité de donneur d'ordre initial ? Malgré ses 60 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour 2012, le groupe va-t-il persévérer dans son mépris des victimes du Rana Plaza ?

Par le biais de Peuples Solidaires, écrivez à M. Vianney Mulliez, Président du groupe Auchan.


(* Son montant est estimé à 54 millions d'euros dont 45%, soit environ 23 millions, à la charge des entreprises donneuses d'ordre du Rana Plaza. Celles-ci contribueront en fonction de leurs volumes de production estimés et de leur chiffre d'affaires).

jeudi 28 février 2013

Comment Samsung m'a fait croire que mon portable était vraiment intelligent

samsung sa me sidere
J’ai mis longtemps avant de me décider à changer mon vieux portable contre un « smartphone ». Le fait qu’il soit intelligent me faisait peur (smart = intelligent. Si si !). Et puis toujours ce souci de ne pas consommer pour consommer.
Finalement, il y a trois moi de cela, mon vieux cellulaire a rendu l’âme (tant et si bien qu’un portable non intelligent en ait une) et le temps était venu d’acheter un fameux smartphone.

Faisant quelques recherches pour orienter mon choix, je découvre que Samsung s’assure du respect des droits des ouvriers qui fabriquent ses produits et s’impose des codes de bonne conduite, comportant des règles éthiques strictes.
Chouette. Ajouté à cela que ses applications sont plutôt réussies (c’est en tout cas ce que mon entourage laissait entendre), j’étais décidé. J’ai donc fait l’acquisition d’un téléphone (et plus si affinités) Samsung, heureux d’avoir à l’oreille un objet fabriqué dans des conditions décentes.

Malheureusement, mon bonheur de consommateur fut de courte durée.
En effet, la marque ferme les yeux sur des conditions de travail indignes qui prévalent dans les usines chinoises qui fabriquent pour son compte.

Les résultats d’enquêtes menées en Chine par des membres infiltrés de l’association China Labor Watch les conditions réelles dans lesquelles sont fabriqués les produits de la marque.
Maltraitance des travailleurs, violation des règles fondamentales de santé et de sécurité, heures supplémentaires excessives, recours massif à des stagiaires pour certains âgés de moins de 16 ans - pour ainsi dire des enfants.
Une sombre réalité, bien éloignée de l’image d’entreprise citoyenne et socialement responsable dont se réclame le géant sud-coréen dans sa communication publique.

A tel point que trois associations, dont Peuples Solidaires, déposent aujourd’hui une plainte auprès du Parquet de Bobigny contre Samsung afin de faire reconnaître que les engagements éthiques de la marque constituent une publicité de nature à induire les consommateurs en erreur.

Me concernant, ça n’a pas loupé, je suis joliment tombé dans le panneau. Et à en croire les stats de vente de la marque, je suis loin d’être le seul. Très loin même.
Les baisés, comptons nous, et signons l'appel lancé par les associations.

mercredi 13 février 2013

Faim dans le monde - demandez des comptes à votre banque !

tele a chat_visuel engagé QuatRues équitable bio (Visuel Quat'rues "Télé à chat")

Alors même que nous produisons suffisamment pour nourrir tous les habitants de la planète, une personne sur huit souffre encore de la faim dans le monde. Flambée des prix alimentaires, production d’agrocarburants, accaparement des terres : ce sont les populations des pays du Sud qui en paient le prix.

Notre système alimentaire est en panne.
De nombreuses causes sont en jeu mais Oxfam a identifié deux phénomènes qui jouent un rôle déterminant :
- les pics de prix alimentaires qui empêchent d’accéder à la nourriture,
- les accaparements de terre, qui privent les paysans de leurs moyens d’existence.

A qui la faute ? Aux États, qui doivent jouer leur rôle de régulateurs mais aussi aux banques !

Prêts bancaires aux plus gros producteurs européens d’agrocarburants, spéculation sur les matières premières agricoles comme si l’agriculture était une table de casino, ou encore fonds censés être socialement responsables qui sont en fait aussi peu éthiques que les autres...
Les banques françaises, et en particulier BNP Paribas, la Société générale et le Crédit agricole ont leur part de responsabilité.

Demandez des comptes aux PDG de ces trois grandes banques pour leur rappeler leur responsabilité !
Et si vous êtes client-e de l’une d’elles, n’hésitez pas à leur dire, votre banque vous doit des comptes !



vendredi 25 janvier 2013

H&M se paye Paradis – L’Enfer pour ses employés

Vanessa Paradis H et M Conscious
« Le géant suédois H&M a annoncé, mardi 22 janvier, avoir enrôlé l'actrice et chanteuse française Vanessa Paradis pour incarner sa collection Conscious 2013, composée de pièces bohèmes éco-responsables. »

Vous n'avez pu échapper à cette information collée à chaque coin de page cybernétique depuis le début de semaine.

Ainsi donc, H&M se paye les services de Vanessa Paradis. Nous avons cherché le montant de la note, sans succès aucun. Peu probable cependant que la chanteuse ait fait les choses gracieusement.
Une recherche faite non pas par plaisir, mais parce que faire le parallèle entre son salaire et celui des salariés à l’autre bout de la chaine peut sembler intéressant. Important même.

En effet, il y a 3 mois de cela, les collectifs Ethique sur l’étiquette et Clean Clothes Campaign lançaient la campagne “Made in Cambodge : le salaire de la faim”.
Le but : exiger des marques textiles se fournissant au Cambodge le versement d’un salaire vital à ses employés. En plus d'H&M, trois grandes marques étaient visées (Zara, Gap et Levi’s).

Car en 2011, pas moins de 2 400 employés se sont évanouis dans les usines de confection au Cambodge. Les ouvriers travaillent en moyenne 70h par semaine pour des salaires de 66$ par mois (soit 51 euros).
Résultat : ils ne peuvent se nourrir correctement et vivent dans des conditions misérables. (Voir aussi l’appel lancé par Peuples Solidaires)
Ce salaire devrait être 4 fois supérieur pour permettre aux ouvrier(e)s de couvrir leurs besoins de base et ceux de leur famille : alimentation, santé, logement, transport, eau.



Mais leur sacrifice n’est pas vain. Du moins il profite à beaucoup.


A Vanessa déjà. Mais que se passe t’il donc ? Vanessa ? Vous, égérie de la marque H&M ? Vous qui avez su vendre du rêve à des milliers de jeunes filles en fleur, chantant votre Divine Idylle au bras du beau Johnny.
L'idylle est finie mais est-ce une raison pour essayer de les faire rêver sous ce nouvel angle ?
Et de justifier votre acte : « J'aime prendre part au concept de la Conscious Collection de H&M. Je fais de mon mieux pour faire mes achats "consciemment"».

Parlons-en justement de cette collection consciencieuse !
Le terme employé d’abord. « H&M Conscious » ! Le géant du vêtement appelle ses clients à se donner bonne conscience en achetant des produits écolo (?)... fabriqués dans des conditions déplorables.
Le coton bio ensuite, (si tel est toujours le cas – le mot n’est plus employé dans le laïus concocté par la marque, préférant cette année le terme « eco-responsable) la belle affaire ! H&M, à l´instar de ses compères adeptes du greenwashing, n’hésite plus à avoir quelques produits en coton biologique en rayon. Oh, 3 fois rien ! Il s´agit là de même pas 2% de leur stock annuel. Mais que c’est efficace pour attirer une clientèle désireuse de mieux consommer sans trop fouiller ! Et une égérie désireuse de prendre part au concept !

Ainsi donc, le sacrifice profite aussi, largeeeeeeeeement, à H&M.

Reste nous. Les clients. Pour qui ce sacrifice s'avère payant aussi. Nous pouvons, grâce à ces braves ouvriers sous-payés, glisser un produit bio (s´il ne fait pas parti de ceux de l´affaire des traces d’OGM décelées dans le coton bio) pas trop cher dans notre panier, au milieu de nombreux autres produits en coton conventionnel, vendus avec des marges ahurissantes.
Ces marges permettant à H&M de sortir une armada de commerciaux vantant les mérites écologiques de la marque. Et d'embaucher une égérie désireuse de prendre part au concept !

Mais nous pouvons aussi ne pas le faire. Oui, oui, oui ! Nous ne sommes pas des moutons. Non, non, non ! Nous avons le pouvoir... de ne pas nous faire pigeonner (ou moutonner).
Et de payer nos slips et nos t shirts bio plus chers, conscients que c'est le prix juste, celui permettant aux fabricants de vivre dans des conditions décentes !

mercredi 23 janvier 2013

Acheter gratuitement - en contrepartie d’un simple sourire

Révolution bandeau
Imaginons que vos t-shirts Quat’rues soient toujours mettables mais que l’idée de vous offrir une ou deux nouveautés vous taraude.
Votre âme de décroissant s’agite et vous culpabilise.

Et bien voici une solution pour éviter le gaspillage en redonnant une seconde vie à vos t-shirts encore en bon état : en faire don au Magasin pour rien, à Mulhouse.
Ainsi, plutôt que de jeter, l’idée est de faire profiter des objets que l’on stocke dans nos caves ou greniers à ceux qui en ont besoin.

Dans ce magasin, n’importe quel citoyen, pauvre ou riche, peut prendre trois articles de son choix et repartir… sans rien payer !
La gratuité, sans besoin de justifier sa situation sociale. Une idée neuve en Europe, mise en pratique dans ce lieu encore unique en France.

Roger Winterhalter (ancien maire écologique de Lutterbach) a découvert ce concept de Magasin pour rien dans le quartier alternatif de Freiburg, en Allemagne, et a décidé de le mettre en pratique.
Il a ainsi créé un endroit pour faire ses achats gratuitement en contrepartie d’un simple sourire. Un mode de fonctionnement inhabituel pour apprendre à recycler et promouvoir un mode de vie basé sur la décroissance.

Une belle idée. Ces Magasins pour rien fleuriront peut-être dans l’Hexagone et à l’étranger ?!

Infos pratiques :
Magasin pour rien
103, rue Vauban, 68100 Mulhouse
Les mardis et jeudis matins, de 9 heures à 12 heures. Le vendredi, de 14 heures à 17 heures.



mardi 20 novembre 2012

Ce n’est pas que nous soyons égoïstes mais...

« Métro-boulot-dodo ».

Trois petits mots qui, tellement entendus et remâchés, résonnent comme une boutade, un clin d’œil à l’humanité pressée et perturbée.

Mais pas nous. Non, non, non. Pas nous !

 

Et pourtant…

Ne sommes-nous pas non plus bercés par cette litanie de sacro-saints mots, qui régulent notre vie, ainsi que celles de milliards d’énergumènes peuplant la Grande Bleue ?

Ne nous levons-nous pas 5 jours par semaine, 47 semaines par an, non pas par plaisir, mais pour raccrocher notre wagon à cette loco-motivation commune, cette volonté de faire tourner le monde comme certains, une poignée, l’ont décidés ?

Ne rappelons-nous pas quotidiennement à nos chérubins l’importance de se faire une place de choix dans notre société ?

N’avons-nous pas votés dans l’espoir que le nouveau maître à penser nous façonne un monde meilleur, où l’argent reste Roi, sécurisant et décidant de tout ?

 

Que voulez-vous !

Ce n’est pas que nous soyons égoïstes, mais il est tellement important de mettre notre descendance à l’abri du besoin. Ce n’est pas nous qui choisissons. Ce sont les règles établies. L’€uro-régisseur de nos vies ne nous laisse que peu de temps. Acceptons le fait et le rythme imposé.

Ne nous laissons pas happer par ces nouvelles alternatives proposées par quelques utopistes cinglés et fainéants. Manger local, trier ses déchets, s’habiller équitable, développement soutenable, covoiturage, énergies vertes. Balivernes. Tous ces charlatans avides de solidarité sont condamnés à vivre en autarcie, loin du monde et de ses réalités, souvent pas bien loin de la pauvreté eux-mêmes. Regardons les choses en face.

 

Aide-toi et le ciel t’aidera. Aide ton prochain, il te chiera dans la main. Car que veut-il, le prochain ? Celui qui vit à deux heures d’avion de chez nous - et parfois bien plus près – dans des conditions déplorables que mêmes nos chiens n’en voudraient pas. Que veut-il ? Soyons lucide ! Notre place. Il veut notre place !!!

Il veut pouvoir, comme nous, en toute quiétude, acheter des vêtements de marques sans avoir à rendre de compte à personne – surtout pas à son patron qui le fait bosser 12 heures par jour pour un salaire de misère.

Il veut pouvoir, comme nous, prendre des vacances bien méritées en même temps que tout le monde, avachit sur une plage surpeuplée, se goinfrant de fruits bio importés de l’autre bout de la planète.

Il veut pouvoir, comme nous, conduire son 4*4 en ville, seul, pépère, et vider le contenu de son cendrier par la fenêtre si ça lui chante.

Il veut notre vie !

Et penserait-il à nous, alors, si les rôles étaient inversés ? Pensez-vous…

 

Alors, soyons raisonnables et cessons de penser qu’il pourrait y en avoir pour tous. Il n’y a pas de riches sans pauvres. C’est eux ou nous.

Ne nous blâmons pas. Bordel !!!


         "La part du gâteau" - Visuel Quat'rues

mercredi 3 octobre 2012

Êtes-vous prêts à cuisiner local ?

defi 80 km cuisine localeDes équipes accompagnées de restaurateurs tenteront de cuisiner un repas complet à partir de produits provenant de moins de 80 km !

Voici le défi proposé par les espaces INFO->ENERGIE du Rhône (ALE et HESPUL) qui aura lieu le samedi 24 novembre à l’Escale Lyonnaise (Lyon 6ème).


L’objectif est d’interpeller les particuliers et les professionnels de la restauration sur leurs pratiques culinaires et modes d’alimentation. Le message est de les inciter à une alimentation plus saine, sobre en énergie et en gaz à effet de serre, soutenant un développement économique local et durable.

Des animations auront lieu dans l’après-midi : un quizz sur l’éco-consommation pour tester ses connaissances dans une ambiance conviviale et des tables rondes pour échanger avec des spécialistes de l’alimentation locale.

Les organisateurs recherchent encore du monde pour former les équipes. Vous pouvez prendre contact avec Yves Bidalot de l'Agence locale de l'Energie :
Tél. 33 (0)4 37 48 22 42 / yvan.bidalot@ale-lyon.org

Date : Samedi 24 Novembre 2012
Lieu : Escale Lyonnaise, 100 Rue de Créqui, Lyon 6ème
Déroulement de la journée :
-> 9h-12h - Cuisine
-> 12h - Accueil du public & dégustation
-> 14h30 - Remise des prix
-> 15h - QUIZZ éco-consommation
-> 16h - Table ronde & échanges

Aller plus loin :
Info Énergie du Rhône
Agence Locale de l’Énergie
Annuaire de l'éco-consommation
L'escale Lyonnaise

vendredi 7 septembre 2012

Lyon fête la bière bio

fete biere bio Lyon
A l'heure où même la bière est mondialisée, 8 brasseurs bio du Rhône, de l'Ain, de l'Isère, de la Loire et de Franche-Comté refusent la globalisation du houblon !

C'est pourquoi ils seront présents pour la 2nde édition de la Nano fête des micros brasseries biologiques.
Rendez-vous chez nos ami(e)s de L’Épicerie Équitable, Lyon Guillotière, le vendredi 14 septembre 2012 à partir de 17h.

Le bistrot à tendance bio-équitable voisin Chez Thibault proposera des moules marinières et des frites maison et la musique acoustique, interprétée par les frères Gamaz viendra harmoniser cette soirée festive et musicale.

En savoir plus sur l'événement

mardi 19 juin 2012

Des bananes et ananas à teneur garantie en dignité

Nous vous parlions dans un précédent billet, de la campagne "Le Juste Fruit" portée par les ONG Peuples Solidaires, BanaFair, Banana Link et Spolecnost pro Fair Trade, pour la valorisation sociale et environnementale du commerce des filières des bananes et ananas.

STOP aux pratiques d'achat abusives des supermarchés : dignité au travail dans les plantations !

C'est la dernière ligne droite pour ajouter votre nom à la pétition avant qu'elle soit remise à la commission européenne.

En signant cette pétition, vous exigez une révision de la législation de la concurrence en Europe pour limiter les conséquences dévastatrices de l’inégalité de pouvoir dans les filières bananes et ananas, entre les supermarchés et leurs fournisseurs.

Vous souhaitez vous impliquer d'avantage ? Le Juste Fruit vous fait des propositions.

- page 1 de 10