Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot clé - abeilles

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 19 février 2014

En prison pour avoir refusé de polluer !?

Do you wanna bee - protection abeille
Viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or, Emmanuel Giboulot exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique.
Le 24 février 2014, il passera devant le tribunal correctionnel pour avoir refusé de déverser un dangereux pesticide sur sa vigne. Il encourt jusqu'à 6 mois d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

En juin dernier, pour contrer un risque hypothétique d'épidémie de flavescence dorée, une maladie de la vigne, le préfet de Côte-d'Or a prit un arrêté radical : tous les vignerons devront traiter leur vigne contre la cicadelle, l'insecte qui répand la maladie.
Le problème est que même l'insecticide le moins polluant contre la cicadelle tue les abeilles et la faune auxiliaire, détruisant en définitive toutes sortes d'insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites. Or, Emmanuel Giboulot travaille justement depuis plus de 40 ans à préserver les équilibres biologiques de sa vigne.

Il décide donc, fort logiquement, de lutter contre la cicadelle en choisissant parmi les nombreux traitements naturels bien connus des agriculteurs bio.
Résultat : un inspecteur de la direction régionale de l'Agriculture s'aperçoit qu'il n'a pas déversé de pesticide et il est mis en examen et finalement traîné en correctionnelle le 24 février prochain.

L'IPSN a créé une page de soutien sur Facebook pour Emmanuel Giboulot, mais, vu le contexte, la mobilisation doit aujourd'hui être infiniment plus forte et plus officielle.
Emmanuel Giboulot ne doit pas se rendre au tribunal abandonné de tous. Il doit savoir qu'il est soutenu par des centaines de milliers de personnes.
Nous pouvons aussi changer l'issue de ce procès en rassemblant des centaines de milliers de signatures de soutien.

Car sans réaction massive de la population, ce viticulteur risque très probablement d’être condamné, pour l'exemple.
Et la plupart des agriculteurs bios se verront peut-être obligés d'obéir aveuglément aux injonctions des autorités, y compris si cela implique d'empoisonner leur propre terre et de décimer plus encore les abeilles et autres insectes pollinisateurs.

Signer la déclaration officielle de soutien à Emmanuel Giboulot.



Vous pouvez lire aussi :
Bannir les tueurs d'abeilles
Pourquoi les pollinisateurs sont-ils indispensables ?

mardi 15 janvier 2013

Votre signature compte - Pour une protection de l'apiculture et des consommateurs

Le printemps dernier, nous avions fait tourner la pétition www.ogm-abeille.org, pour une protection de l’apiculture et des consommateurs face aux OGM
(lire aussi "Do you wanna beE the next ? Ou pourquoi les pollinisateurs sont-ils indispensables ?")

La pétition a aujourd’hui réuni plus de 300 000 signatures et un débat au Parlement européen va s’engager dans les semaines à venir, et ce jusqu’à mai 2013.


Dans ce contexte, les organisations partenaires de la pétition seront auditionnés par la Commission des pétitions du Parlement européen le 21 janvier.
Les signatures, elles, ne seront remises qu'à la fin du débat parlementaire, à savoir en mai 2013.
 
Il est donc encore temps de la signer en version électronique ou papier jusqu’au mois de mai.


Pourquoi cette pétition ?

Le 6 septembre 2011, dans l’affaire Bablok, la Cour de Justice de l’Union Européenne a décidé que du miel contaminé avec du pollen de maïs MON810 ne pouvait être commercialisé faute d’autorisation de ce pollen pour l’alimentation humaine. Cet arrêt indique également qu’un étiquetage est obligatoire au-delà d’une présence de 0.9% de pollens issus d’OGM autorisés dans l’alimentation humaine.
 
Pour les organisations, la décision a marqué, au plus haut niveau, la reconnaissance de l’incompatibilité de la culture des OGM avec l’apiculture. La conséquence logique de cet arrêt aurait dû être l’édiction par les Etats membres de règles visant à protéger l’apiculture contre les contaminations par les OGM.
Malheureusement la Commission a préféré demander aux Etats membres d’attendre avant d’agir.
C’est pourquoi, il y a un an, la pétition a été créée, puis enregistrée auprès de la Commission des pétitions du Parlement européen.


Les organisations partenaires de la pétition :

Agir pour l’environnement, Amis de la Terre, Apis Bruoc Sella, Attac, ASPAS, Biocoop, CONAPI, Confédération Paysanne, Danmarks Biavlerforening, FFAP, FNAB, FNE, FNOSAD, FRAPNA, Générations Futures, GIET Info, Greenpeace, Inter-Environnement Wallonie, LPO, Natagora, Nature et Progrès, Nature et Progrès Belgique, Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique, OGM Dangers, One Voice, Réseau Semences Paysannes, Syndicat National d’Apiculture, UNAAPI, Union Nationale de l’Apiculture Française, Veille au grain


Visuel Quat'rues "Do you wanna beE the next ?"


mercredi 25 avril 2012

Pétition pour une protection de l'apiculture et des consommateurs face au lobby des OGM

(Relais de la pétition)

Depuis quelques années, les apiculteurs ne cessent d’alerter les pouvoirs publics sur l’impossible coexistence entre cultures d’OGM et l’apiculture. Sous l’influence du lobby OGM et semencier, la Commission Européenne et les autorités nationales sont jusqu’à présent restées sourdes à cet appel.

Pourtant, un apiculteur allemand qui a constaté la présence de pollen de maïs OGM MON 810 dans son miel a intenté une action en justice. Le 5 septembre 2011, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a décidé qu’un tel miel ne pouvait pas être commercialisé (UE : le miel contaminé par des OGM ne peut être mis sur le marché sans autorisation spécifique, Inf’OGM).

Les gouvernements ne peuvent plus feindre d’ignorer cette réalité : l’autorisation de cultures d’OGM en plein champ serait fatale à l’apiculture (miel, pollen, propolis) et à l’abeille.


La coexistence des cultures OGM en plein champ et de l’apiculture est impossible. Les consommateurs européens ne veulent pas d’OGM dans le miel. Personne ne peut plus ignorer cette réalité.

L’abeille est un élément indispensable de l’environnement, de la biodiversité, et un atout incontournable pour la pollinisation de nombreuses cultures. Déjà mise à mal par la pression des pesticides, elle pourrait tout bonnement disparaître de nos campagnes par décision politique, ou être accusée de disséminer les pollens OGM !


Face à ce risque inadmissible, il est demandé à nos décideurs européens et nationaux de protéger l’abeille, l’apiculture et les professionnels de l’apiculture et de :
- suspendre immédiatement et ne pas renouveler l’autorisation de culture en plein champ du maïs MON 810,
- bloquer l’avancée de tous les dossiers de plantes génétiquement modifiées nectarifères ou pollinifères,
- faire évaluer rigoureusement l’impact des plantes transgéniques sur les ruchers, notamment les couvains et les abeilles hivernales, et de rendre publics tous les protocoles et résultats
- respecter le droit à la transparence pour les consommateurs.

Le miel et les produits de la ruche doivent rester des aliments sains et naturels. Pour une protection de l'apiculture et des consommateurs, signez la pétition !