Auchan change la vie
L'enseigne française qui promet la Vie, la vraie, a reconnu que des vêtements de sa marque In extenso avaient été produits au Rana Plaza. Cet immeuble s'effondrait le 24 avril dernier, au Bangladesh, faisant 1133 morts et plus de 2 000 blessés.

Après le drame, la mobilisation citoyenne et la pression médiatique ont poussé plus de 100 entreprises à signer un Accord de prévention des incendies et de sécurité des bâtiments au Bangladesh. Réclamé de longue date par Peuples Solidaires - ActionAid France, le Collectif Ethique sur l'étiquette et leurs partenaires internationaux, cet accord vise à prévenir de nouveaux accidents. Cependant, hormis quelques aides d'urgence, les victimes du Rana Plaza et leurs familles n'ont reçu aucune indemnisation.

Aujourd'hui, en lien avec l'Organisation internationale du travail (OIT), des discussions sont en cours en vue de mettre rapidement sur pied un fonds d'indemnisation des victimes*. Alors que neuf entreprises ont accepté de participer aux négociations, Auchan y brille par son absence... se disant victime d'une sous-traitance irrégulière et annonçant un « plan de lutte contre la sous-traitance opaque ».
Pour les ONG, il s'agit d'une mesure en trompe-l'œil car cette sous-traitance informelle et les violations qui en découlent sont aussi la conséquence des pratiques d'achat abusives des supermarchés et des grandes marques.

Auchan cherche-t-il ainsi à se dédouaner de sa responsabilité de donneur d'ordre initial ? Malgré ses 60 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour 2012, le groupe va-t-il persévérer dans son mépris des victimes du Rana Plaza ?

Par le biais de Peuples Solidaires, écrivez à M. Vianney Mulliez, Président du groupe Auchan.


(* Son montant est estimé à 54 millions d'euros dont 45%, soit environ 23 millions, à la charge des entreprises donneuses d'ordre du Rana Plaza. Celles-ci contribueront en fonction de leurs volumes de production estimés et de leur chiffre d'affaires).