pétition France blaireau biodiversité
Non, il ne s´agit pas de sauver l´équipe de France de football de la férocité maladive des journalistes sportifs. Les pauvres... ils ont quand même pas une vie facile. Être payé des millions pour taper dans un ballon et faire rêver une bonne partie de la planète.
Nous comprenons qu´ils soient plutôt révoltés par cette vie accablante, justifiant leur refus de s´entraîner. Et puis ce n´est pas comme si ils représentaient tout un pays... et que notre réputation, déjà bien ternie chez nos voisins de tous bords, allait en prendre un coup (mince, un élan patriotique chez Quat´rues... sic...)

Bref, n´épiloguons pas là dessus afin de garder en tête la beauté du sport (re-sic) et revenons à nos moutons... euh nos blaireaux !

Il y a deux semaines, nous intitulions un billet "Pourquoi le thon rouge ?", soulevant nos interrogations quant à mettre le thon rouge à toutes les sauces (l´idée étant d´arrêter de le manger quand même !), oubliant ainsi les milliers d´espèces menacées d´extinction.

Alors nous voilà avec notre histoire de blaireau (oh, ca va hein !).
"Sous prétexte d’être un vecteur de la tuberculose bovine, le blaireau est depuis quelques semaines l’objet d’une campagne sans précédent de piégeage dans le département de la Côte d’Or...A ce jour et d’après les chiffres en circulation, plus de deux milles blaireaux ont déjà été éradiqués en trois mois, cette opération devant se poursuivre jusqu’au 3ème dimanche de septembre.
Sa dynamique de population est très lente. Il est donc à craindre que cette destruction massive entraîne une baisse importante de ses effectifs, voire une disparition locale de l’espèce. Ceci va à l’encontre des engagements de la France en matière de préservation de la biodiversité."


Ainsi donc, si tout comme l´équipe Quat´rues, vous aimez ces blaireaux, malgré leurs petits défauts (oui, il y a petits et gros blaireaux... voir début de billet svp), nous vous invitons à en lire davantage et à signer la pétition relayée par les cyberacteurs.