Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot clé - catastrophe

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 28 avril 2014

Que ça nous pète à la gueule...

"La France assure 78% de sa production d’électricité avec le parc nucléaire, ce qui lui permet d’atteindre un taux d’indépendance énergétique voisin de 50% contre 22,7 % en 1973", peut-on lire sur le site gouvernemental.

Les français ont donc 78% de chance - en plus que les pays non producteurs d'énergie nucléaire - qu'un réacteur leur pète à la gueule.
Et c'est pas bien mieux dans de nombreux pays "développés"...

20 ans après, petite pensée pour les victimes de Tchernobyl... sans oublier celles de Fukushima.

Nucléaire Tchernobyl

jeudi 1 mars 2012

Une chaine humaine pour sortir du nucléaire


Certains politiques et les gros bonnets du nucléaire tentent par tous les moyens possibles de discréditer la perspective d’une sortie du nucléaire en France. Leurs nombreuses interventions dans les médias, toujours facilitées, donnent de l'importance à leur discours.
Il est donc important de nous unir pour faire entendre le nôtre !

Le 11 mars 2012, formons une grande chaîne humaine de Lyon à Avignon dans la région la plus nucléarisée d’Europe.

Car un an plus tôt, jour pour jour, débutait la terrible catastrophe nucléaire de Fukushima. À ce jour, les réacteurs éventrés continuent d’exposer des millions de Japonais à la radioactivité et de contaminer le pays pour des milliers d’années.

Le 11 mars 2012, réagissons pour dénoncer le risque de catastrophe nucléaire en France et pour affirmer, tous ensemble que « sortir du nucléaire est possible ! ».
D’autres pays européens le font, pourquoi pas nous ?

Rejoignez la chaine (L'équipe Quat'rues sera au point de rdv de Feyzin, place Château du Parc).
Retrouvez les informations pratiques.
Retrouvez aussi des solutions de départs groupés et de covoiturage pour vous rendre aux points de rendez-vous.

En bonus, les fils de Teuhpu et Karpatt s'adressent au locataire de l'Elysée.





mardi 24 janvier 2012

Se prépare t'on à un nouveau Fukushima en Inde ?

"Radioactivité", "plutonium", "déchets nucléaires", "Areva" et "EPR".

Voici autant de mots passés dans le langage courant dans les villages reculés de la chaîne de montagnes du Sahyadri, état du Maharashtra, sur la côte ouest de l’Inde.

Ces magnifiques villages qui entourent la ville de Jaitapur, à 400 Kms au sud de Mumbaï, font partie de l’un des dix plus grands « points chauds de biodiversité » de la planète (ce concept s’applique à des zones contenant au moins mille cinq cents espèces de plantes endémiques et ayant perdu au moins 70 % de leur habitat originel)...
...et Areva projette d’y construire prochainement six réacteurs nucléaires de 1 650 mégawatts.


Notre gouvernement, quant à lui, s'apprête à décider à huis clos de financer (ou non) ce projet mené par la Nuclear Power Corporation of India Ltd (NPCIL), partenaire d’Areva. Cette société, contrôlée par le gouvernement Indien, veut faire de Jaitapur le plus grand complexe nucléaire au monde dans une zone à haut risque sismique.

La société envisage pour cela de déplacer les quarante mille résidents qui vivent des ressources naturelles et des produits de cet écosystème (riz, millet, lentilles, légumes, herbes, poissons et fruits).

Les populations indiennes manifestent contre cette centrale qui pourrait mettre des millions de personnes en danger. Mais longtemps privée des technologies occidentales, l’Inde investit désormais énormément dans l’énergie nucléaire civile et ne se préoccupe guère de l’avis des populations et des dangers liés à l'environnement.

De plus, la cupidité des exportateurs du nucléaire pourrait conduire notre gouvernement à faire aboutir ce projet fou.


L'Inde a déclaré le 19 septembre 2011 qu'elle attendra les résultats des audits nucléaires français (décidés après la catastrophe de Fukushima) sur le réacteur de troisième génération EPR avant de s'engager avec Areva.

Il est donc encore temps de dénoncer ce projet catastrophique et de stopper le prochain Fukushima.

Les négociations ont lieu en ce moment. Signons la pétition appelant le Président Sarkozy et son ministre des Finances Baroin à renoncer à soutenir ce projet nucléaire dangereux.

Les signatures des citoyens français et indiens seront remises dans les bureaux du gouvernement.

lundi 5 décembre 2011

Le nucléaire sûr n’existe pas - La preuve par Greenpeace

Coucou réacteur Nogent Greenpeace
Ce matin, une équipe de Greenpeace nous a fait un simple mais efficace "coucou"... depuis l'intérieur du réacteur de Nogent-sur-Seine (Aube).

Avec peu de moyens, les militants de l'organisation écologiste sont entrés sans aucun problème au cœur même des installations nucléaires !
Greenpeace démontre ainsi - par le biais d'une action sans violence, dans le respect des individus et des installations - que le nucléaire sûr n’existe pas et que les centrales nucléaires françaises sont bel et bien vulnérables.
Ils sont ensuite montés sur le dôme d’un des deux réacteurs et ont peint le signe danger sur celui-ci.


D'autres militants se seraient introduits dans d'autres centrales, dont l'organisation refuse pour le moment de préciser les noms. "Si le dispositif de détection d'EDF et Areva est aussi performant qu'ils le disent, qu'ils trouvent ces militants !», précise Greenpeace.


Greenpeace dans une centrale nucléaire

Une fouille «approfondie» de toutes les centrales et installations nucléaires en France est en cours.
Pour suivre la partie de cache-cache, c'est par ici, un live-blog ouvert pour l'occasion par Greenpeace.

Vous pouvez aussi suivre l'actu de Greenpeace sur Facebook et Twitter

vendredi 1 avril 2011

La France annonce l´arrêt et le démantèlement de ses centrales nucléaires !

C´est au cours d´une visite éclair au Japon, ce jeudi 31 mars, que le président français a annoncé l´arrêt et le démantèlement des centrales nucléaires en France. Une nouvelle qui pourrait bien changer la face du monde :
« (…) La France saura donner l´exemple en sortant de l´ère du nucléaire, annonce t´il. Il est grand temps de prendre conscience de la gravité de la situation. Nous ne pouvons prendre le risque que de telles catastrophes se reproduisent(…) ».

Son discours, bref mais efficace, a permis de prendre la mesure des changements à venir. C´est non seulement un énorme pas en avant pour l´environnement, mais aussi pour les générations futures.

Pour pallier le manque d´électricité, le chef de l´État se veut rassurant et explique que de nombreux autres moyens de produire de l´électricité existent, ou existeront, sans pour autant avoir recours aux énergies fossiles. Pas dans les mêmes quantités, certes (Le nucléaire couvre environ 75 % de la production française d'électricité), et les habitudes de vie devront changer.« Il nous faudra, à l´échelle mondiale, apprendre à consommer différemment, tout en évitant de garder la logique du profit à tout prix en ligne de mire », précise t´il.

Le président encourage d´ailleurs les français à donner l´exemple en devenant des consommateurs raisonnés, insistant sur le fait que la surconsommation est une des « plaies » du XXIème siècle.

Reste la question du financement d´un tel projet.
Le chef de l´état pourrait bien nous sortir sa botte secrète et proposer ce qui lui trotte en tête depuis le début de son mandat : la mise en place de la taxe Tobin (ou taxe Robin des Bois).
Consciencieux, Il n´oublie en effet pas que cette taxe de 0,05% sur les transactions financières permettrait de lever chaque année des centaines de milliards d'euros et lutter ainsi efficacement contre le changement climatique et la pauvreté.

Voir le discours du président à Tokyo

Sarkozy sortir du nucléaire
Ce billet du vendredi 1er avril 2011 a été rédigé dans le cadre d´une loop avec les amis de de la green team. Nous vous recommandons chaudement la lecture de leurs articles :

• Abi [vertissimmo] : Quand les machos de la construction tombent dans le panneau (bois)...
• Anne-So [Ecolo-info] : Infos à ne pas looper...
• Audrey [ParisbyLight] : Pulpe de Vie, l’écologie de la bonne humeur
• Cyrille [Ecowizz]: Sugru ou comment réparer facilement vos produits (ordinateur, téléphone portable, Iphone, chaussures, radio, etc.) au lieu de les jeter ?
• Eric [blogeurcitoyen] : New – une application, compteur geiger pour Iphone
• Erick [Cezame] : Soyons légers : Les cinq pubs écolo les plus drôles vues à la télé
• Gus [Ec(h)o Mag] : Le pont du Mont-Blanc à Genève se dote enfin de 4 pistes cyclables
• Jean-Marc [Marron Rouge] :
Rachel et Joseph
• Urus [Quat´rues] :
La France annonce l´arrêt et le démantèlement de ses centrales nucléaires

mardi 27 octobre 2009

Total invente la destruction durable... Greenpeace dénonce

Depuis un mois, Greenpeace dénonce le pétrole le plus sale au monde : celui issu des sables bitumineux. En quelques semaines, l´ONG a multiplié les actions en France et au Canada pour mobiliser contre ce crime environnemental. Total est au premier rang des coupables. A moins de deux mois du sommet international sur le climat à Copenhague, nous ne pouvons pas laisser cette catastrophe écologique se perpétuer.

Pour diffusez l´information : http://www.greenpeace.fr/destruction-durable/
En savoir plus sur les sables bitumineux

En route pour Copenhague