Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot clé - communication

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 4 juin 2012

Les marques de mode éthique françaises tombent comme des mouches. A qui la faute ?

La part du gateau - visuel Quat'ruesAprès Azimuts artisans du Népal, c’est au tour d’Ideo de mettre la clé sous la porte.
C’est ainsi deux des plus grosses structures de mode issue d’un commerce équitable qui annoncent leurs fermetures coup sur coup depuis le début de l'année 2012.
Un vrai coup dur pour la mode éthique, et pour le commerce équitable en France plus généralement.


Car il est vrai que le commerce équitable n’est pas au mieux sur le territoire français. Depuis deux ans, il n'enregistre plus de croissance à deux chiffres et en 2011, les ventes n'ont progressé que de 4% à 315millions d'euros.
Bien qu’une majorité de Français ait une image positive du commerce équitable, la proportion d'acheteurs réguliers plafonne à moins de trois Français sur dix.
La crise est bien évidemment en cause mais elle n'explique pas tout. Un sondage BVA publié début mai à l'occasion de la quinzaine du commerce équitable montre que deux freins à l'achat se dégagent: le prix des produits et le scepticisme - 37% de la population reste à convaincre que cette démarche profite réellement aux petits producteurs.


Mais au-delà de ces difficultés nationales concernant le commerce équitable, se dégage dans le monde de la mode éthique un autre facteur important :
Une concurrence de plus en plus forte de grandes marques de prêt-à-porter
ayant décidées d’intégrer quelques vêtements en coton biologique dans leurs collections.


H%M collection inconsciente et menteuseH&M, La Redoute, C&A, Monoprix et autres adeptes du greenwashing, ont désormais compris qu´avoir quelques produits en coton bio en rayon (il s´agit souvent de même pas 1% de leur collection complète) peut s’avérer fort utile pour attirer une clientèle désireuse de mieux consommer sans trop fouiller. Les clients glissent un produit bio (s´il ne fait pas parti de ceux de l´affaire des traces d’OGM décelées dans le coton bio … qui fut bien moins médiatisée que ces collections bio) dans leur panier, au milieu de nombreux autres produits en coton conventionnel, fabriqués dans des conditions loin d’être équitables (même s’ils souhaitent parfois faire croire l’inverse en nommant par exemple leur collection « H&M Conscious ») et vendus avec des marges ahurissantes.
Ce produit bio permet cependant à ces marques de sortir une armada de commerciaux et de publicités vantant les mérites écologiques de la marque.


Ainsi, difficile de faire face à ces gros exploiteurs adeptes du greenwashing et disposant de moyens de communication énorme.

Pour l’instant, chez Quat’rues, les visuels nous permettent de nous distinguer (l’association de thématiques engagées et le graphisme unique constituent l’âme de la marque) et de traverser cette période difficile pour le commerce équitable, et ou l’offre du vêtement en coton bio est récupérée par des marques de la grande distribution.
Mais tiendrons-nous ? Pouvons-nous, les petits, nous qui travaillons réellement dans le respect de démarches éthiques et environnementales, survivre ?

La fin des aventures d'Azimuts et Ideo semble malheureusement prouver que non. Nous souhaitons aux membres de ces équipes bon courage.
Et de chouettes nouveaux chemins à parcourir…

jeudi 17 février 2011

Nouvelle campagne d´affichage de France Nature Environnement : en partie censurée

A deux jours de l´ouverture du Salon de l´Agriculture (du 19 au 27 février), la FNE (France Nature Environnement), qui regroupe environ 3000 associations de protection de la nature et de l'environnement, lance une campagne d´affichage... qui n´est pas du goût de tout le monde.
En effet, alors que le ministre de l´agriculture la qualifie de « scandaleuse et inacceptable », la région Bretagne va assigner en justice la FNE pour "atteinte à son image".

Le contexte

Quelques jours en amont du salon de l´agriculture, France Nature Environnement lance une campagne d'affichage pour sensibiliser les citoyens aux excès de l'agriculture industrielle. Elle a défini pour cela trois angles d'attaque :

- l'impact des pesticides qui causent la disparition des abeilles. L'emploi massif de pesticides dangereux contribue au déclin des abeilles et des autres pollinisateurs. La France est le 1er consommateur européen de produits phytosanitaires.
- le nourrissage de certains animaux d'élevage avec des OGM importés. Des OGM sont importés pour alimenter le bétail français alors que nous nous interdisons d'en cultiver et que le consommateur n'en veut pas.
- la concentration des élevages industriels, à l'origine de la pollution des algues vertes. Des tonnes de lisier, issues des déjections des élevages industriels, provoquent, en augmentant le taux de nitrates dans l'eau, des marées d'algues vertes.

La censure

Alors que toutes les affiches ont été autorisées par la justice (après une saisie des interprofessions porcine et bovine INTERBEV et INAPORC) et par l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (saisie aussi par le comité régional de tourisme de la région Bretagne), la régie publicitaire de la RATP Métrobus a décidé que trois des six visuels prévus dans le dispositif d'affichage ne seront pas présents sur les panneaux.
Dans un premier temps, aucune explication officielle n´est fournie à la FNE.

Plus tard, la RATP explique qu´elle a jugé que les affiches concernant les algues vertes avaient un message ''trop agressif '' visant ''directement les éleveurs'', et donc ''contraires au principe de neutralité du service public'', rapporte Le Parisien.
Quant à l'affiche inspirée du film Kill Bill de Quentin Tarantino, Métrobus a estimé qu'elle n'avait pas les autorisations requises pour reprendre ce thème.


Mais la FNE a obtenu gain de cause dans les affaires en amont de la campagne d´affichage. La demande d’interdiction de diffusion des visuels mis en cause a été rejetée car la mesure constituait une restriction disproportionnée à la liberté d’expression.

France Nature Environnement demande que l’affichage prévu  du 15 au 21 février soit respecté par la RATP et s'indigne de devoir ainsi pousser un cri d’alarme face à cette censure.


Un dialogue, pas une lutte

Le président de la FNE, Bruno Genty, explique dans Libération que le but de cette campagne n´est pas d´insulter les agriculteurs ou de froisser qui que ce soit, mais bien de dénoncer les excès de l'agriculture intensive. "Si l'image était plus nuancée, on aurait seulement touché une population déjà convaincue, alors que là ça frappe le grand public. On nous dit que c'est choquant, mais on s'est auto-censuré pour ne pas insulter la profession agricole".

Le but de la campagne n'est donc pas de rompre le dialogue ou de stigmatiser les agriculteurs, mais bien d'engager un débat avec les pouvoirs publics !
La FNE a d´ailleurs plusieurs propositions à leur soumettre. Principalement, celle d´aider les agriculteurs qui ont une pratique de l'agriculture moins intensive. Car le contexte agricole français n´est pas pas seulement confronté à des problèmes environnementaux, mais aussi économiques !


Retrouvez aussi la pétition lancée par la FNE pour l'interdiction des pesticides les plus dangereux et l'application pleine et entière du plan Ecophyto 2018, qui vise à réduire de 50% en dix ans l'usage des pesticides. Par ici pour la signer.

Affiches non censurées :
Affiche FNE 1_blog Quat-rues_t shirt bio
Affiche FNE 2_blog Quat-rues_t shirt équitable
Affiche FNE 3_blog Quat-rues_t shirt éthique

Affiches censurées :
Affiche FNE 1 censurée_blog Quat-rues_vetement bio
Affiche FNE 2 censurée_blog Quat-rues_vêtement équitable
Affiche FNE 3 censurée_blog Quat-rues_vetement éthique

mercredi 6 octobre 2010

OXFAM France & vous : Donnez votre opinion

Oxfam Quat rues agir pour un monde plus juste
Voilà une démarche intéressante lancée par l´association Oxfam-France. A notre écoute, elle nous propose de donner notre avis.
Exprimez-vous et donnez votre opinion sur les évolutions de l'association Oxfam-France et ses modes d'action, de mobilisation et de communication ! Votre avis est essentiel : il nous aidera à améliorer l'impact et l'efficacité de nos campagnes.

Vous pouvez aussi, bien sûr, vous balader sur le site, signer la pétition pour les droits des paysans du sud ou encore faire un don.

visuel_precipice_vert

vendredi 5 mars 2010

Relayez Quat´rues sur vos sites et blogs : De nouvelles bannières

Nous sommes bien sûr en recherche permanente de bonnes âmes voulant relayer notre information, clamant haut et fort que Quat´rues existe et que c´est tant mieux!.
Ainsi, si vous aimez Quat´rues et ses t shirts équitables aux visuels engagés, vous avez la possibilité de nous donner un coup de pouce pour nous faire (re)connaître.

Première solution, vous pouvez mettre des liens sur vos sites et blogs, du genre Les vêtements équitables et bio Quat´rues ou Boutique en ligne Quat´rues. Cela fonctionne aussi sur vos pages Facebook, Netvibes, Twitter et autres...

Sinon, seconde solution, vous pouvez utiliser l´une de ces jolies bannières réalisées avec soin et mises à votre disposition ci dessous, pour le plus grand plaisir de tous (comment cela, je m´emballe...).

Pour ce faire copier un code ci-dessous et coller le sur votre site/blog
Code HTML à insérer sur votre site Visuel apparent sur votre site

 banniere1Quatrues

Banniere2Quatrues

Logo1Quatrues

Logo2Quatrues


Un grand merci pour votre soutien! L´équipe Quat´rues