Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot clé - consommateur

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 27 octobre 2014

Samsung, portable intelligent fabriqué par de petites mains

samsung sa me sidere
De nouvelles enquêtes, menées en 2014 par le China Labor Watch, révèlent que des enfants travaillent encore dans les usines qui produisent des smartphones pour la multinationale Samsung.
Journées de travail de 12 à 13 heures, heures supplémentaires non payées, absence de cotisation à la sécurité sociale, problèmes d’équipements de protection malgré la manipulation de produits chimiques dangereux.

En plus du travail des mineurs, les enquêteurs ont relevé de nombreuses violations de la législation locale et des droits humains.

Déjà épinglée par plusieurs campagnes de dénonciation, la multinationale avait pourtant promis de prendre des mesures (en 2012, suite aux premières révélations des ONG sur les violations des droits dans la chaîne d’approvisionnement de Samsung en Chine, la marque avait promis d’auditer ses sous-traitants, de corriger les violations qu’elle constaterait et de prendre des mesures efficaces contre le travail des enfants - Lire aussi Comment Samsung m'a fait croire que mon portable était vraiment intelligent).

Faisons savoir à Samsung que vous avez été informé-e et que vous exigez des changements en signant l'appel lancé par Peuples Solidaires Actionaid.


jeudi 16 janvier 2014

Consommer moins pour vivre mieux

Consimmer moins
Nous venons d’entrer dans la période des soldes, où chacun cherche à faire la meilleure affaire, d’un pas vif mais précis (vous pouvez remplacer « pas » par « clic »).
Cette période succède à celle des fêtes de fin d’année. Le pas était alors un brin plus lent, l’achat parfois moins précis (il est plus difficile de connaitre les goûts d’autrui que les siens).
Mais si les soldes consistent à se faire plaisir et les fêtes à faire plaisir aux autres, nous sommes dans les deux cas dans un acte d’achat, faisant de nous des consommateurs.

A nous alors de choisir quel consommateur nous voulons être !?
Chez Quat’rues - et il existe bien sûr beaucoup d'autres initiatives allant dans ce sens - nous vous proposons de consommer moins. Car mieux consommer, pour nous, passe par le moins.
Certains trouveront que nous sommes culottés (bien que vendeurs de t-shirts). Il est vrai que nous vivons du fruit de nos ventes et qu’appeler nos clients à moins consommer peut sembler suicidaire.
Mais, à titre d'explications, considérons les 3 points suivants :

- Nous sommes réalistes – et pensons qu’il est grand temps de changer notre manière de consommer. Pour le bien de notre planète. Pour le nôtre aussi. Ainsi, il nous semble (grandement !) préférable de s’acheter « seulement » un ou deux t-shirts par an, fabriqués dans de bonnes conditions, respectant l’Homme et l’environnement, plutôt que 10 ou 20 t-shirts de piètre facture qui trépasseront presqu'aussitôt achetés.

- Nous sommes optimistes – et croyons encore en l’intelligence du genre humain. Nous pensons donc que de plus en plus de personnes souhaitent vivre mieux, dans le souci du partage avec l'autre. Et leur acte d’achat fait résonance à ce souhait. Vivre mieux, c’est consommer mieux, donc consommer moins. Ils se tournent donc logiquement vers des alternatives comme la nôtre.

- Nous sommes confiants – et croyons en nos produits. Des t-shirts bio et équitables, cumulant originalité et qualité. Comment pourraient, toutes ces personnes soucieuses de mieux et moins consommer, passer à côté ?

Ainsi, nous croyons en un autre mode de consommation. Appelons cela croissance raisonnée, déconsomm'action, prise de conscience collective... Mieux consommer, moins consommer est d'une importance capitale pour un avenir radieux. Pour un avenir tout court d'ailleurs.
Et parce que nous sommes vraiment confiants, nous illustrons nos propos avec l’arrivée d’un nouveau visuel dans notre collection.
Vous le verrez sur la boutique en ligne. Et vous pouvez uniquement le reluquer. Aucune obligation d'achat !

jeudi 28 février 2013

Comment Samsung m'a fait croire que mon portable était vraiment intelligent

samsung sa me sidere
J’ai mis longtemps avant de me décider à changer mon vieux portable contre un « smartphone ». Le fait qu’il soit intelligent me faisait peur (smart = intelligent. Si si !). Et puis toujours ce souci de ne pas consommer pour consommer.
Finalement, il y a trois moi de cela, mon vieux cellulaire a rendu l’âme (tant et si bien qu’un portable non intelligent en ait une) et le temps était venu d’acheter un fameux smartphone.

Faisant quelques recherches pour orienter mon choix, je découvre que Samsung s’assure du respect des droits des ouvriers qui fabriquent ses produits et s’impose des codes de bonne conduite, comportant des règles éthiques strictes.
Chouette. Ajouté à cela que ses applications sont plutôt réussies (c’est en tout cas ce que mon entourage laissait entendre), j’étais décidé. J’ai donc fait l’acquisition d’un téléphone (et plus si affinités) Samsung, heureux d’avoir à l’oreille un objet fabriqué dans des conditions décentes.

Malheureusement, mon bonheur de consommateur fut de courte durée.
En effet, la marque ferme les yeux sur des conditions de travail indignes qui prévalent dans les usines chinoises qui fabriquent pour son compte.

Les résultats d’enquêtes menées en Chine par des membres infiltrés de l’association China Labor Watch les conditions réelles dans lesquelles sont fabriqués les produits de la marque.
Maltraitance des travailleurs, violation des règles fondamentales de santé et de sécurité, heures supplémentaires excessives, recours massif à des stagiaires pour certains âgés de moins de 16 ans - pour ainsi dire des enfants.
Une sombre réalité, bien éloignée de l’image d’entreprise citoyenne et socialement responsable dont se réclame le géant sud-coréen dans sa communication publique.

A tel point que trois associations, dont Peuples Solidaires, déposent aujourd’hui une plainte auprès du Parquet de Bobigny contre Samsung afin de faire reconnaître que les engagements éthiques de la marque constituent une publicité de nature à induire les consommateurs en erreur.

Me concernant, ça n’a pas loupé, je suis joliment tombé dans le panneau. Et à en croire les stats de vente de la marque, je suis loin d’être le seul. Très loin même.
Les baisés, comptons nous, et signons l'appel lancé par les associations.

mercredi 25 avril 2012

Pétition pour une protection de l'apiculture et des consommateurs face au lobby des OGM

(Relais de la pétition)

Depuis quelques années, les apiculteurs ne cessent d’alerter les pouvoirs publics sur l’impossible coexistence entre cultures d’OGM et l’apiculture. Sous l’influence du lobby OGM et semencier, la Commission Européenne et les autorités nationales sont jusqu’à présent restées sourdes à cet appel.

Pourtant, un apiculteur allemand qui a constaté la présence de pollen de maïs OGM MON 810 dans son miel a intenté une action en justice. Le 5 septembre 2011, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a décidé qu’un tel miel ne pouvait pas être commercialisé (UE : le miel contaminé par des OGM ne peut être mis sur le marché sans autorisation spécifique, Inf’OGM).

Les gouvernements ne peuvent plus feindre d’ignorer cette réalité : l’autorisation de cultures d’OGM en plein champ serait fatale à l’apiculture (miel, pollen, propolis) et à l’abeille.


La coexistence des cultures OGM en plein champ et de l’apiculture est impossible. Les consommateurs européens ne veulent pas d’OGM dans le miel. Personne ne peut plus ignorer cette réalité.

L’abeille est un élément indispensable de l’environnement, de la biodiversité, et un atout incontournable pour la pollinisation de nombreuses cultures. Déjà mise à mal par la pression des pesticides, elle pourrait tout bonnement disparaître de nos campagnes par décision politique, ou être accusée de disséminer les pollens OGM !


Face à ce risque inadmissible, il est demandé à nos décideurs européens et nationaux de protéger l’abeille, l’apiculture et les professionnels de l’apiculture et de :
- suspendre immédiatement et ne pas renouveler l’autorisation de culture en plein champ du maïs MON 810,
- bloquer l’avancée de tous les dossiers de plantes génétiquement modifiées nectarifères ou pollinifères,
- faire évaluer rigoureusement l’impact des plantes transgéniques sur les ruchers, notamment les couvains et les abeilles hivernales, et de rendre publics tous les protocoles et résultats
- respecter le droit à la transparence pour les consommateurs.

Le miel et les produits de la ruche doivent rester des aliments sains et naturels. Pour une protection de l'apiculture et des consommateurs, signez la pétition !

vendredi 2 décembre 2011

Ne plus être démarché par téléphone !

Décembre démarre tout juste et nous voici déjà avec un joli petit cadeau.
La possibilité de ne plus être démarché téléphoniquement par des entreprises dont vous n'êtes pas client !

C'est pas beau ça ! Un démarchage téléphonique responsable !

Tellement beau que nous avons cherché une faille dans la foire aux questions et dans les C.G.U du site. Le petit détail qui ferait que tout cela ne serait que pure supercherie. Et bien non ! Que nenni ! Tout ceci a l'air clean.

Ainsi donc, vous pouvez dire adieu aux prospections téléphoniques commerciales !
Pour cela, il vous suffit de vous inscrire sur la liste Pacitel. L'inscription est entièrement gratuite pour le consommateur.

Association de loi 1901 créée le 27 avril 2011, Pacitel est une structure chargée de gérer un fichier de consommateurs ne souhaitant plus faire l'objet de prospection commerciale par téléphone.
Fondée sur le droit d'opposition classique de la loi de 1978, elle met les consommateurs à l'abri des appels provenant des entreprises auxquelles ils n'ont pas donné leur consentement.

Les entreprises adhérentes à ce dispositif (à priori 80% des acteurs du démarchage téléphonique), apparemment (soyons sereins, il n'y a apparemment pas de pièges) soucieuses de la satisfaction et de la confiance du consommateur, s'engagent ainsi à rayer ces numéros de leurs listing.

Léger bémol: la garantie ne porte que sur les appels téléphoniques "à des fins de prospection commerciale par des entreprises dont ils ne sont pas clients". Vous ne serez donc pas protégé des appels téléphoniques des entreprises dont vous êtes déjà client (ces appels étant considérés comme de la relation client et non pas de la prospection).

Ce nouveau dispositif est en place depuis hier, soit le 1er décembre 2011. L’inscription est gratuite, valable 3 ans et vous pouvez ajouter jusqu’à 6 numéros personnels (fixes ou mobiles).

Et, si vous recevez un appel de prospection téléphonique que vous jugez non-désiré, gênant ou abusif (et que vous souhaitez goûter aux joies de la délation... Arf) vous pouvez signaler cet appel.

Joyeux Noël !