Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


mercredi 25 avril 2012

Pétition pour une protection de l'apiculture et des consommateurs face au lobby des OGM

(Relais de la pétition)

Depuis quelques années, les apiculteurs ne cessent d’alerter les pouvoirs publics sur l’impossible coexistence entre cultures d’OGM et l’apiculture. Sous l’influence du lobby OGM et semencier, la Commission Européenne et les autorités nationales sont jusqu’à présent restées sourdes à cet appel.

Pourtant, un apiculteur allemand qui a constaté la présence de pollen de maïs OGM MON 810 dans son miel a intenté une action en justice. Le 5 septembre 2011, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a décidé qu’un tel miel ne pouvait pas être commercialisé (UE : le miel contaminé par des OGM ne peut être mis sur le marché sans autorisation spécifique, Inf’OGM).

Les gouvernements ne peuvent plus feindre d’ignorer cette réalité : l’autorisation de cultures d’OGM en plein champ serait fatale à l’apiculture (miel, pollen, propolis) et à l’abeille.


La coexistence des cultures OGM en plein champ et de l’apiculture est impossible. Les consommateurs européens ne veulent pas d’OGM dans le miel. Personne ne peut plus ignorer cette réalité.

L’abeille est un élément indispensable de l’environnement, de la biodiversité, et un atout incontournable pour la pollinisation de nombreuses cultures. Déjà mise à mal par la pression des pesticides, elle pourrait tout bonnement disparaître de nos campagnes par décision politique, ou être accusée de disséminer les pollens OGM !


Face à ce risque inadmissible, il est demandé à nos décideurs européens et nationaux de protéger l’abeille, l’apiculture et les professionnels de l’apiculture et de :
- suspendre immédiatement et ne pas renouveler l’autorisation de culture en plein champ du maïs MON 810,
- bloquer l’avancée de tous les dossiers de plantes génétiquement modifiées nectarifères ou pollinifères,
- faire évaluer rigoureusement l’impact des plantes transgéniques sur les ruchers, notamment les couvains et les abeilles hivernales, et de rendre publics tous les protocoles et résultats
- respecter le droit à la transparence pour les consommateurs.

Le miel et les produits de la ruche doivent rester des aliments sains et naturels. Pour une protection de l'apiculture et des consommateurs, signez la pétition !

jeudi 12 janvier 2012

Braver les dangers au Cap-Vert : Quat'rues autour du monde

Nous l’avons connu bravant le Yéti sur les pentes ardues Himalayennes du Népal.
Nous l’avons vu taquiner la Vouivre en Montgolfière dans les airs impétueux du Gers.

Le voici de nouveau!
Sa dernière prouesse a amené Olivier à hisser les couleurs de Quat'rues et de la Déclaration de Droits de l'Homme au Cap Vert - narguant de belliqueuses hordes de harpies, de trolls et de goules.

Le volcan en haut à gauche est le Pico, culminant à 2829 mètres sur l'Ile de Fogo. A droite, vous pouvez voir la montée au col dominant Alto Mira et toute la vallée sur l'Ile de Santo Antao (le trait vert indique l’endroit où a été prise la photo du haut).

Malgré d'innombrables dangers, Olivier dira de l'endroit :
« Superbe pays dont la devise est "no stress" dont devrait s'inspirer beaucoup de personne en France qui se pourrisse la vie pour des broutilles... où se la laisse pourrir sans réagir par nos politiques! »


Olivier au Cap-Vert_QuatRues autour du monde

mercredi 28 septembre 2011

Bisphénol A - Donnez nous aujourd´hui notre poison quotidien

80685759DM006_Recent_Studie
Que les personnes en quête d´optimisme et de bonne humeur passent leur chemin.
Aujourd´hui, après le Nutella aux bonnes noisettes et au méchant DEHP (voir aussi l'article original sur le blog d'Abonéobio), nous parlerons du non moins méchant bisphénol A (BPA) - et on ne peut pas dire que le sujet donne une folichonne envie de sourire.

Avant toute chose, histoire de partir sur de bonnes bases, voici la définition du bisphénol A donnée par l´ami Wiki :
« Le bisphénol A (BPA) est un composé chimique issu de la réaction entre deux équivalents de phénol et un équivalent d'acétone, dont la toxicité sur le corps humain est en débat.»

Et bien ca y est ! C´est officiel ! Nous pouvons désormais changer le temps employé dans la définition. Depuis hier, ce n´est plus en débat. C´était !

En effet, mardi 27 septembre, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a rendu public deux rapports qui avancent de façon catégorique les dangers de ce produit de synthèse largement utilisé dans la fabrication des plastiques.

La première étude - cherchant à disposer d'une vision globale des effets sanitaires du BPA – a permit d´affirmer l´urgence de limiter l'exposition au BPA des populations les plus sensibles.
C´est désormais un objectif "prioritaire", vu ses effets "avérés chez l'animal et suspectés chez l'homme, même à de faibles niveaux d'exposition".

La chose ne serait être aisée, car ce satané BPA se trouve partout !

En effet, un deuxième travail – visant à recenser les utilisations du BPA – conclut que "près d'une soixantaine de secteurs d'activité potentiellement utilisateurs de bisphénol A en France ont été identifiés".
La liste que voici est longue comme un jour sans pain (ou sans poison) : emballages alimentaires, lunettes et lentilles de contact, CD et DVD, câbles, mastics, adhésifs, électroménager, optiques de phare et pare-chocs, articles de sport, appareils médicaux, revêtements de sol, vernis et peintures, encres d'imprimerie...

Nous pourrions cependant être tentés de penser que seuls les emballages alimentaires représentent un danger pour l´Homme.
Et bien pas du tout ! Notre peau, perméable, absorbe bel et bien ce perturbateur endocrinien qu´est le BPA.

Ainsi, trois catégories d'effets "suspectés" sur la santé humaine ont été retenues, touchant à la fertilité féminine, aux pathologies cardiovasculaires et au diabète.
Les effets "avérés" chez l'animal sont au nombre de sept, parmi lesquels l'avancement de l'âge de la puberté, l'augmentation de la survenue de kystes ovariens et de lésions sur la glande mammaire, l'altération de la production spermatique…

Le rapport conclut également que la dose journalière admissible (DJA), fixée au niveau européen à 0,05 milligramme par kilo de poids corporel et par jour pour le bisphénol A, ne constituerait pas réellement un seuil de protection contre les effets du composé chimique.
Suite à ces rapports, la réaction de l'Autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) est particulièrement attendue. En effet, en septembre 2010, l'EFSA avait estimé qu'aucun élément scientifique ne rendait nécessaire d'abaisser la DJA pour le bisphénol A.

Par ailleurs, "un étiquetage systématique de tous les produits contenant du bisphénol A quand il y a un contact du produit avec les populations" a été proposé par la ministre de l'écologie.

Ce ne peut en aucun cas être suffisant. Il est urgent que les grandes instances interdisent tous types de poison, même en dessous du seuil admissible (Ridicule - "On s´empoisonne ?" - "Oui mais doucement alors...").
Ces perturbateurs endocriniens (BPA, phtalate, aspartam…) ne peuvent continuer à entrer dans la composition de produits, quels qu´ils soient, si cela représente un danger concret, même minime, pour l´Homme.
Cela tombe sous le sens non ?

En attendant des changements globaux, nous ne saurons que vous conseiller, au moins d´un point de vue vestimentaire, de vous vêtir en Quat´rues (On ne perd pas le Nord s´il vous plait).
Des vêtements en coton biologique avec des sérigraphies aux encres à l´eau. Le tout labellisé GOTS (Global Organic Textil Standard) et issu du commerce équitable.
Qui dit mieux !?


Sources (en plus des liens intégrés au texte) :
Site de l´ANSES, Wikipédia, Le Monde , Naturenews
Compléments d'informations :
"Les emballages plastiques sont-ils dangereux pour la santé ?" chez Eco-Wizz

lundi 25 juillet 2011

Nutella contient le plus dangereux des phtalates

nutella poison DEHP

Les faits

Il y a 1 an, quasiment jour pour jour, Arte diffusait un reportage intitulé "L'emballage qui tue".
Dedans, nous y apprenions que le Nutella, meilleure pâte à tartiner pour beaucoup, contient un phtalate décelé par l'Office Fédéral de l'environnement, le DEHP, considéré comme le plus dangereux de tous pour l'organisme.
Un an après, voici une piqûre de rappel, avec l'aimable autorisation de Laurence, du blog Abonéobio, chez qui nous avons pioché l'information.

Ainsi donc, le DEHP, l'un des plastifiants les plus efficaces, est présent dans la pâte à tartiner Nutella. Le fabricant, Ferrero, ne s'en cache d'ailleurs pas, ayant lui-même conduit des analyses et constaté la présence de ce phtalate dans son produit. Cependant, Ferrero se défend en affirmant que la quantité de ces plastifiants est très faible et donc totalement inoffensive pour l'organisme.

Par contre, les spécialistes, eux, sont formels : Le DEHP est très dangereux et peut rendre stérile.

Comment cela se passe ?

Les emballages alimentaires contenant des phtalates, dont le DEHP, les verraient se propager dans les produits qu’ils préservent du pourrissement.
De l'aliment, ces phtalates passent alors dans notre organisme, et agissent alors comme des leurres hormonaux, provoquant des dérèglements du même ordre. Ils favorisent alors la stérilité chez l'homme. De même, ingérés par la femme enceinte, ces poisons atteignent le fœtus et peuvent entrainer une atrophie testiculaire qui conduira plus tard à la réduction de production de spermatozoïdes.

Une étude en Allemagne a démontré que sur 600 enfants, 100 % d'entre eux avaient dans leurs organismes des traces de DEHP. On retrouve par ailleurs chez tous les enfants 5 phtalates importants et chez 20 % d'entre eux, en quantité critique, donc toxique !

Dans le cas de Nutella, le DEHP ne provient pas de l'emballage, mais se trouve dans le produit lui-même, ce qui est d'autant plus grave !

Et maintenant ?

Pour les raisons citées ci-dessus, l'usage du DEPH a déjà été interdit dans l'industrie des jouets, classifié «toxique pour la reproduction» par la commission européenne depuis janvier 2007.

Alors que nous avons tous de ces phtalates dans le corps, pourquoi donc, au delà des jouets, cette substance n'est elle pas bannit des emballages et toujours présente dans l'alimentation ?
Si la question reste sans réponse, l'ECHA (Agence Européenne des produits chimiques) a déterminé que l'utilisation du DEHP devrait être entièrement abandonnée d'ici octobre 2012.

D'ici là, nous continuerons à nous empoisonner tranquillement un peu plus chaque jour ! Car si nous limitons désormais notre consommation de Nutella, où trouver une liste complète des aliments contenant du DEHP ?

D'autres questions restent d'ailleurs en suspend :
Pourquoi ne pas mettre en place cette interdiction dès maintenant (ou il y a 1 an au moment du reportage) ?
Quels sont les autres phtalates dangereux pour la santé et présents dans les produits alimentaires ? Seront-ils aussi interdits en Octobre 2012 ?

Si vous avez des éléments de réponses, nous sommes preneurs ! En attendant, nous vous proposons les alternatives de Laurence pour remplacer votre pot de Nutella.


L'emballage qui tue 1/2 par Wakeup-

mardi 26 avril 2011

Plastic Planet - Les enfants de l'âge du plastique

Plastic Planet environnement
Commode et bon marché, le plastique semble être devenu incontournable dans notre vie quotidienne. Tous les secteurs de l'industrie mondiale dépendent aujourd'hui, d'une manière ou d'une autre, du plastique. Il est présent partout (emballages, matériaux de construction, électronique, vêtements...). Pourtant, le plastique est devenu un danger global, tant pour l'homme que pour la planète, symbole de sur-consommation et de pollution à grande échelle.

Werner Boote nous offre une réflexion personnelle, sarcastique et critique sur un matériau à la fois controversé et fascinant qui a désormais toute sa place dans notre vie quotidienne : le plastique. Sous la forme d’un voyage autour du monde, le réalisateur autrichien nous fait découvrir son véritable impact sur notre civilisation et pose une question qui nous concerne tous : « Pourquoi ne changeons-nous pas nos habitudes de consommation ? »

En salle en France depuis le 6 avril, je n'ai pas trouvé de séance sur Lyon et me suis contenté de la version en langue allemande - voici le lien vers le film en V.O. Vous pouvez aussi jeter un œil sur le site officiel autrichien

Pour les autres, voici la bande-annonce en français (et bon courage pour trouver une diffusion proche de chez vous. On dirait que le sujet n'intéresse pas les foules... ou fait l'objet d'une certaine censure ?) :



Le plastique en quelques chiffres :
- 260 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde.
- 675 tonnes d’ordures sont jetées chaque heure dans les mers, dont la moitié est constituée de matières plastiques.
- On ne recycle qu’1% des 14 millions de tonnes annuelles de matières polystyrènes.
- En France, nous utilisons près de 300 sacs plastiques par an et par habitant… Et 45% de nos déchets plastiques ne sont pas recyclés.
- 500 ans, c’est la durée pendant laquelle les matières synthétiques demeurent en l’état dans le sol et dans les eaux.