Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot clé - greenwashing

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 15 octobre 2014

Elire les entreprises les plus adeptes du greenwashing !

Pinocchio 2014
Des entreprises "méritent" de concourir pour les prix Pinocchio. Ceux-ci sont destinés à mettre en lumière des cas concrets de violations de droits sociaux et environnementaux par des multinationales nominées.

Comme chaque année, les Amis de la Terre France, en partenariat avec le Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID) et Peuples Solidaires-ActionAid France, ont fait un premier tri pour sortir d'un bien trop gros lot les entreprises les pires en terme de Greenwashing.
Pour finir le travail, aux internautes de juger désormais.

Les votes sont ouverts en ligne jusqu’au 18 novembre.

Trois catégories :

La première, "Plus vert que vert", distingue "la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles".
EDF, pour son projet de centrale de lignite (charbon) de 750 MW en Serbie, via sa filiale Edison.
Pur Projet, pour l’accompagnement de grandes entreprises comme Vinci ou Nestlé dans leurs projets de compensation carbone au Pérou.
GDF Suez pour ses "obligations vertes" aux critères de sélection trop vagues.

La deuxième: "Mains sales, poches pleines" met en lumière "la politique la plus opaque au niveau financier (corruption, évasion fiscale, etc.), en termes de lobbying, ou dans sa chaîne d’approvisionnement".
Perenco, pour l’opacité et l’impact environnemental et social de ses opérations pétrolières en République Démocratique du Congo.
Samsung, pour son manque de zèle à traquer l’exploitation d’enfants dans ses usines en Chine.
Lyon-Turin Ferroviaire, pour son manque de discernement à repérer des conflits d’intérêts et trucages d’appels d’offres mis en lumière par la justice italienne et la Cour des comptes française dans le projet du Lyon-Turin à grande vitesse.

Enfin, la troisième, "Une pour tous, tout pour moi !" dénonce la politique "la plus agressive en termes d’appropriation, de surexploitation ou de destruction des ressources naturelles".
Shell, pour l’exploitation du gaz de schiste en Ukraine et Argentine avec des problèmes d’opacité financière, d’atteinte aux droits des populations et des risques pour l’environnement.
Total, pour les dégâts environnementaux et sociaux liés à son activité pétrolière et gazière au Nigéria.
Crédit Agricole, pour le financement d’entreprises minières pratiquant le "mountaintop removal", une technique d’extraction qui consiste à faire sauter les montagnes à l’explosif pour avoir accès au charbon qu’elles recèlent.

Ces prix sont destinés à dénoncer le fossé entre les discours "développement durable" et les actes réels constatés sur le terrain. Mais aussi à appuyer la demande des associations d’un encadrement juridique contraignant pour les multinationales.

A nos votes !

mardi 22 novembre 2011

Greenwashing, aggressivité, financement obscur - Ces entreprises qui se jouent du développement durable

Prix Pinocchio les Amis de la Terre Quat´rues
Le 17 novembre 2011, à Saint-Ouen, Les Amis de la Terre (en partenariat avec le CRID) ont décerné les 4ème prix Pinocchio du développement durable.
Ces prix ont pour but d’illustrer et de dénoncer les impacts négatifs de certaines entreprises françaises, en totale contradiction avec le concept de développement durable qu’elles utilisent abondamment.

Un peu plus de 13 000 internautes se sont exprimés pour élire les lauréats. Vinci obtient ainsi le Prix Pinocchio dans la catégorie "Plus vert que vert", Tereos est récompensé dans la catégorie "Une pour tous, tout pour moi" et la Société Générale s'illustre dans la catégorie "Mains sales, poches pleines".


4 elements visuel QuatRues

« Plus vert que vert »

Vinci, en compétition contre Véolia Eau et l’Observatoire du Hors-Media, a obtenu 43% des votes pour son cahier des charges de la construction de son futur aéroport Notre-Dame-Des-Landes (près de Nantes, ouverture prévue pour 2017).
Vinci a en effet pensé à tout ! Afin de compenser la destruction massive de terres agricoles, l’entreprise va créer un observatoire agricole, une ferme de démonstration en face des parkings et une AMAP afin d’ "encourager l’agriculture durable".
Plus vert tu meurs !

Allez plus loin :
Extraits du contrat de concession de Vinci
Collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes
Collectif Stop Vinci


T shirt bio équitable Préhistoire Quat´rues

« Mains sales, poches pleines »

Dans cette catégorie la Société Générale coiffe ses concurrents Perenco et Torreador avec 46 % des votes.
La banque reçoit ce prix pour son rôle de premier ordre dans le financement de la construction du réacteur nucléaire Angra 3 au Brésil, mené par Areva et très éloigné des conditions de sécurité du secteur.

Allez plus loin :
Nuclear Banks, no thanks !
Sur le site les Amis de la Terre
Sur le site Banktracks


t shirt équitable et bio visuel

« Une pour tous, tous pour moi ! »

Face à Sime Darby et Blue Car de Bolloré, c’est Tereos qui remporte (avec 41 % des votes) le pompon décerné à l’entreprise la plus agressive en termes d’appropriation et de surexploitation des ressources naturelles avec son programme d’agrocarburants au Mozambique.
Tereos détient en effet près de 100 000 hectares de terres cultivables qu’elle transforme en monocultures énergétiques, confisquant ainsi des terres agricoles fertiles aux populations locales.
Résultat : Tereos réalise 194 millions d’euros de profit alors que 70 % de la population du Mozambique continue de vivre sous le seuil de pauvreté. .

Allez plus loin :
Accord Union Européenne - Brésil sur les agrocarburants
"Afrique: terre(s) de toutes les convoitises", rapport des Amis de la Terre
"Agrocarburants, le mauvais choix", la Baleine, été 2011


jeudi 31 mars 2011

Semaine du DD… Pas le cochon, l´autre !

Dédé déveolppement durable blog Quat´rues
Nous ne parlerons pas ici de ce cochon de la fédération française des videurs de bourses, mais bien de DD comme Développement Durable.

En effet, ce vendredi 1er avril démarre la semaine qui lui est dédiée (et non pas Dédé... Ohoh!). L’objectif de cette opération est de sensibiliser les Français aux enjeux (et non pas Française des jeux... Ahah!) du développement durable.
Depuis une paire d´années, le ministère de l´écologie, du développement durable, des transports et du logement invite les entreprises, les associations, les services publics, les collectivités et les établissements scolaires à promouvoir, du 1er au 7 avril, les principes du développement durable.

Nous avons forcément regardé avec beaucoup d´attention le site de cette fameuse opération
Le plus beau morceau réside dans l´existence d´une liste de manifestations liées à cette semaine. Si la recherche peut être fastidieuse et les résultats manquer parfois d´informations, vous y trouverez peut-être votre bonheur et le document est à jour.

Le reste ne l´est pas vraiment (à jour - enfin le 1er Avril n´est que demain après tout).
Les deux dernières mises à jour se trouvent sous l´onglet du thème 2011 – « Changeons nos comportements ». Vous pourrez y découvrir :
- Une vidéo vantant les mérites des labels « NF environnement » et « Ecolabel Européen » - vidéo résumant à elle seule le chapitre « consommez responsable ». En cliquant sur le lien, nous aurions pu nous attendre à quelques suggestions. Commerce équitable ou local ? Agriculture biologique ? Économie d´énergie ? Il n´en est rien.
- Quelques gagnants du palmarès 2010.
- C´est tout.

En fouillant un peu, nous avons mis la main sur le palmarès complet de 2010 des Prix entreprises et environnement. Les vidéos laissent à penser que le changement va dans le bon sens même si nous pouvons regretter l´absence de plus petites entreprises.

Tout comme nous pouvons regretter l´absence de mises à jour et d´informations sur ce site dédié à ce sacré DD
Mais chut ! Il fait beau… laissons l´optimisme nous gagner et savourons ce qui existe déjà. Le reste suivra…
?
semaine developpement durable 2011 - site Quat´rues
Cette semaine, vous pouvez aussi vous rendre sur le salon Planète Durable qui démarre aujourd´hui et dure jusqu´au 3 avril.
Les Greenwasheurs (ou éco-blanchisseurs) semblaient nombreux lors des premières éditions... mais il y a aussi du beau monde. Preuve en est, plusieurs Éco-informateurs y participent ! A vous de faire le tri, c´est ca aussi le développement durable !

mercredi 9 mars 2011

Quatr´ues présent au salon Primevère les 11, 12 et 13 mars à Eurexpo Lyon

salon environnement Primevère Quat´rues 2011
Primevère, salon des rencontres de l´alter-écologie, ouvre ses portes les 11, 12 et 13 mars 2011 à Eurexpo Lyon, sur le thème "main basse sur l´écologie".
Vous pourrez y retrouver les vêtements équitables et bio Quat´rues sur le stand R302.

Le CLACE (Collectif Lyonnais des Acteurs de Commerce Equitable) dont nous faisons partie, sera aussi présent sur le salon.
C´est dans ce contexte que plusieurs structures du CLACE viendront témoigner de la récupération opérée dans leurs domaines respectifs (mode, artisanat, cosmétiques, alimentaire) par des structures adeptes du «greenwashing équitable», lors d´une table ronde nommée "Main basse sur le commerce équitable".
Elle aura lieu le vendredi 11 mars à 18h.

lundi 14 février 2011

Main basse sur le commerce équitable

Nous vous parlions la semaine dernière de la prochaine collection « H&M Conscious », qui n´hésite pas à baser toute sa communication sur une quantité infime de sa collection (« H&M Conscious » en coton bio représente moins de 1 % de la collection complète H&M), tout en adoptant des pratiques dans la fabrication bien peu consciencieuses en regard du nom qu´elle ose donner à sa collection.

En plus de manquer cruellement d´honnêteté (faites ce que je dis, pas ce que je fais), ceci est un bel exemple de greenwashing, ou « écoblanchiment » en français dans le texte.

Définition de l´ami Wiki : L’écoblanchiment, (éco-blanchiment ou blanchiment écologique) est un procédé de marketing utilisé par une organisation (entreprise, gouvernement, etc) dans le but de donner à l'opinion publique une image écologique responsable, alors que plus d'argent a été investi en publicité « verte » (la couleur verte symbolisant ici l'écologie) que pour de réelles actions en faveur de l'environnement.

Les entreprises et divers organismes sont toujours plus nombreux à adopter cette stratégie appelée greenwashing.


C´est dans ce contexte que plusieurs structures du CLACE (Collectif Lyonnais des Acteurs de Commerce Equitable) viendront témoigner de la récupération opérée dans leurs domaines respectifs (mode, artisanat, cosmétiques, alimentaire) par des structures adeptes du « greenwashing équitable », lors d´une table ronde nommée "Main basse sur le commerce équitable". Ce sera le vendredi 11 mars à 18h, dans le cadre du salon Primevère 2011 et de sa thématique « main basse sur l’écologie ».

En effet, depuis l’avènement du thème de développement durable, toutes les thématiques qui y sont liées sont les unes après les autres victimes de récupérations. Le domaine du commerce équitable n’y échappe pas et les structures spécialisées et locales doivent faire un long travail d’information auprès des consommateurs pour expliquer en quoi ces démarches sont certes équitables, mais ne servent pas le même modèle de société.

Informations pratiques

Lieu : Eurexpo Lyon/Chassieu
Date et horaire : le vendredi 11 mars, à 18h
Intervenants : Sébastien Delabre (Laspid), Olivier Mesnard (Artisans du Monde Vieux-Lyon), Romain Gaidioz (l’Epicerie Equitable), Marc Carbonare (Karawan).

Vous pourrez aussi retrouver sur le salon les stands du CLACE et des vêtements bio et équitables Quat´rues.

T shirt bio équitable Préhistoire Quat´rues Visuel Quat´rues "préhistoire" - Les armes ont évolué mais pas les mentalités

jeudi 10 février 2011

H&M, collection inconsciente... ou comment prendre ses clients pour des pigeons

H%M collection inconsciente et menteuse
Si vous avez jusqu´à présent échappé au relais fort médiatisé (sur le web du moins) de la très prochaine collection H&M en coton bio, alors laissez-nous vous la présenter à notre manière.
Si vous êtes déjà convaincus
des bienfaits de cette collection « H&M Conscious », nous vous invitons à lire deux fois ce billet.

Ainsi, voici ce que vous pouvez lire sur de nombreux sites et blogs (non consacrés au développement durable habituellement… ou mal consacrés) ces derniers jours (Les textes sont généralement les mêmes, copier/coller):
« H&M signe une nouvelle fois, une collection respectueuse de l’environnement « H&M Conscious ». Depuis 1995, la marque se soucie de la planète et propose à ses consommateurs des pièces en coton bio... blablabla... »

Du coton bio, la belle affaire ! H&M, à l´instar de ses compères la Redoute, Monoprix et autres gros adeptes du greenwashing, a depuis longtemps compris qu´avoir quelques produits en coton biologique en rayon peut permettre d´attirer une clientèle désireuse de mieux consommer sans trop fouiller (il s´agit là de même pas 1% de leur collection complète).
Ces clients glissent donc un produit bio (s´il ne fait pas parti de ceux de l´affaire des traces d’OGM décelées dans le coton bio… qui fut bien moins médiatisée que la collection à venir) dans leur panier, au milieu de nombreux autres produits en coton conventionnel, vendus avec des marges ahurissantes, et permettant à H&M de sortir une armada de commerciaux vantant les mérites écologiques de la marque.

Mais bien difficile de blâmer ces clients lorsque l´on voit la tactique employé par la marque.
Car le pire dans cette collection, c´est bien le nom qu´elle porte ! « H&M Conscious » !. Autrement dit, le géant du vêtement appelle ses clients à se donner bonne conscience en achetant des produits écolo.

Et bien nous vous invitons

à lire et signer l´appel lancé par Peuples Solidaires, qui explique comment 318 salariés Cambodgiens ont été licenciés pour avoir demandé un salaire vital. Vous y verrez le nom d´H&M - un des plus gros clients de l’industrie de l’habillement du Cambodge - cette même marque qui ose, sans complexe aucun, sortir en avril prochain une collection appelée « H&M Conscious ».

Voilà une marque (et ce n´est pas la seule) qui prend vraiment ses clients pour des pigeons. Se faire vendre du coton bio qui n´en est pas (toujours) par une marque sans conscience morale qui vous demande d´en avoir une.
C´est à la limite du concevable d´imaginer une telle chose possible, un tel maque de respect! Et bien si, H&M le fait (et la chose se répète inlassablement de plus en plus un peu partout).

Comment nous, les petits, travaillant dans le respect de démarches éthiques et environnementales réelles, pouvons-nous faire face à ces gros exploiteurs adeptes du greenwashing et disposant de moyens de communication énorme ?
La question reste en suspend…

Déconsommation visuel engagé Quat'rues Visuel "déconsommation" - T shirt équitable et bio Quat´rues

Lire aussi :
La journée avait bien commencé
Comment le pouvoir de l´argent fait la nique à la cohérence...