Il est vrai que les visuels Quat´rues peuvent être un peu "voyant" dans certaines situations**.
Mais pour nous, chez Quat´rues, l´important est vraiment de créer un visuel qui interpelle les gens, sans pour autant juger sans réflexion. C´est pourquoi les visuels sont tous engagés et plutôt accrocheurs. Nous sommes conscients que certaines personnes ne souhaitent pas afficher de tels engagements sur leurs lieux de travail, et c´est pourquoi nous avons inventé les soirées et week-ends (enfin, ce n´est pas vraiment nous qui l´avons inventer, mais on aime vraiment l´idée).
Enfin, pour être cohérent, nous utilisons toujours un support issu du commerce équitable et dans la plupart des cas en coton bio. Nos sérigraphies sont aux encres à l´eau, donc 100 % écologique et de meilleure qualité.

Tout ceci, comme vous devez vous en douter, a un prix, et comme nous jouons la transparence, nous pouvons vous dire que nous margeons en moyenne à 2,6. En clair, un t-shirt que nous vendons 26 euros TTC, donc 21,74 euros HT, nous coûte entre 8 et 9,50 euros (cela dépend du volume et du nombre de couleurs pour le visuel). Le calcul est vite fait et pas la peine de vous parler des ventes indirectes où les marges sont encore plus basses ! Et bien on a pas peur de le dire...

En parallèle, Monoprix et autres marques du genre, en vendant leurs t-shirts 12 euros (voir parfois moins), margent sans doute bien plus que nous car ils travaillent sur des volumes bien plus importants... Et quand bien même ils ne margeraient pas davantage sur ce produit, ils ont énormément de références non-équitables où leurs marges sont très largement supérieures! Au final, ils communiquent sans complexes et sans limites sur une ou deux références bio ou équitable, rarement les deux, en vendant à côté, avec encore moins de complexe, des milliers de références issues de filières conventionnelles (lire "non équitable", pour lesquelles travaillent parfois de jeunes enfants payés une misère, tout comme les adultes d´ailleurs) et en faisant du tort aux petites et moins petites entreprises qui n´ont que des marges justes (là, lire "équitable").

Et le pire dans tout ceci est de se dire que ce sont ces petites entreprises qui ont eu le cran, au départ, de se lancer dans un commerce alternatif, plus juste pour tous. Et ce serait aux gros bonnets, ayant les moyens de communiquer, de récolter les fruits d´un engagement économique social et solidaire.
"Et bien oui, mon brave monsieur, que voulez-vous ?! Faut pas être aussi naïf hein..."
Naïf, non, mais en colère, je peux ?!


**Même si, à titre d´exemple, nous sommes, entre autres, vendus à Vienne (Autriche) dans une boutique qui fait des costumes sur mesure, l´idée étant que le t-shirt tranche avec le costume de rigueur souvent un peu trop classique. C´est pas mal du tout d´ailleurs.