Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot clé - nucléaire

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 15 novembre 2014

Pour que la France participe à la Conférence de Vienne sur l’impact humanitaire des armes nucléaires !

Voici un lien.
En le suivant, vous pourrez signer une lettre ouverte à François Hollande, lui demandant de faire en sorte que la France participe à la Conférence de Vienne sur l’impact humanitaire des armes nucléaires, les 8 et 9 décembre prochain.
C'est tout. Mais c'est déjà pas mal !

"Aux innocents les mains pleines... de bombes et de larmes" - Visuel Quat'rues.

lundi 28 avril 2014

Que ça nous pète à la gueule...

"La France assure 78% de sa production d’électricité avec le parc nucléaire, ce qui lui permet d’atteindre un taux d’indépendance énergétique voisin de 50% contre 22,7 % en 1973", peut-on lire sur le site gouvernemental.

Les français ont donc 78% de chance - en plus que les pays non producteurs d'énergie nucléaire - qu'un réacteur leur pète à la gueule.
Et c'est pas bien mieux dans de nombreux pays "développés"...

20 ans après, petite pensée pour les victimes de Tchernobyl... sans oublier celles de Fukushima.

Nucléaire Tchernobyl

mercredi 12 juin 2013

"Une poubelle nucléaire à 30 km de Lyon !"

Relais du Réseau Sortir du Nucléaire

En 2006, l’Etat français et le lobby nucléaire ont décidé d’enfouir les déchets radioactifs à Bure (Meuse) pour mieux les oublier.
En attendant la construction du site d’enfouissement, c’est à St Vulbas (Ain), aux portes de Lyon, que seront stockés les déchets de l’industrie nucléaire (projet ICEDA).
Tout ceci sans consulter les habitants de la région, sans prendre en compte les risques naturels et industriels inhérents au site du Budgey, et en sous-évaluant les inévitables rejets radioactifs d’une telle installation.

Venez rencontrer le collectif Stop Bugey et vous informer sur le projet ICEDA, future poubelle nucléaire du Bugey.
Ce sera le samedi 22 juin à Lyon. Rendez-vous à 17h à la Librairie TERRE DES LIVRES, 86 rue de Marseille.

Entrée libre.
Contacts :
- Terre des livres : 04 78 72 84 22
- http://www.stop-bugey.org/contacts/
Plus d'infos sur :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/ICEDA-une-poubelle-nucleaire

Nucléolien visuel engagé    Visuel Quat'rues Nucléolien

vendredi 21 décembre 2012

L’équipe Quat’rues vous souhaite une très belle fin du Mo... d’Année


Toute l’équipe Quat’rues vous souhaite de très (mettre dans cette parenthèse l’adjectif positif de votre choix) fêtes de fin d’année.

Nous souhaitons simplement vous remercier car cette belle aventure ne pourrait être sans toi, elle, lui et vous.

Si (jamais !) la fin du monde est une vaste supercherie, gardons en tête que la faim dans le monde est une triste réalité. Même si c’est à garder dans un tout petit coin (de tête) pour les quelques jours à venir.
Histoire de souffler un peu…

Histoire, surtout, de revenir gonflé à bloc pour 2013, où il va nous falloir remonter les manches car les causes sont nombreuses - Le mariage pour tous, un aéroport à mettre aux oubliettes, des centrales nucléaires à démanteler… et puis, et puis, et puis…
On en serait presque à louer la fin du monde tellement la liste est longue. Mais non !!! Soyons optimistes !
Si ça va pas mieux, ça peut difficilement aller plus mal !

En attendant, prenez soin de vous et à très vite !

L’équipe Quat’rues

pere noel pomme blog QuatRues

jeudi 1 mars 2012

Une chaine humaine pour sortir du nucléaire


Certains politiques et les gros bonnets du nucléaire tentent par tous les moyens possibles de discréditer la perspective d’une sortie du nucléaire en France. Leurs nombreuses interventions dans les médias, toujours facilitées, donnent de l'importance à leur discours.
Il est donc important de nous unir pour faire entendre le nôtre !

Le 11 mars 2012, formons une grande chaîne humaine de Lyon à Avignon dans la région la plus nucléarisée d’Europe.

Car un an plus tôt, jour pour jour, débutait la terrible catastrophe nucléaire de Fukushima. À ce jour, les réacteurs éventrés continuent d’exposer des millions de Japonais à la radioactivité et de contaminer le pays pour des milliers d’années.

Le 11 mars 2012, réagissons pour dénoncer le risque de catastrophe nucléaire en France et pour affirmer, tous ensemble que « sortir du nucléaire est possible ! ».
D’autres pays européens le font, pourquoi pas nous ?

Rejoignez la chaine (L'équipe Quat'rues sera au point de rdv de Feyzin, place Château du Parc).
Retrouvez les informations pratiques.
Retrouvez aussi des solutions de départs groupés et de covoiturage pour vous rendre aux points de rendez-vous.

En bonus, les fils de Teuhpu et Karpatt s'adressent au locataire de l'Elysée.





mardi 24 janvier 2012

Se prépare t'on à un nouveau Fukushima en Inde ?

"Radioactivité", "plutonium", "déchets nucléaires", "Areva" et "EPR".

Voici autant de mots passés dans le langage courant dans les villages reculés de la chaîne de montagnes du Sahyadri, état du Maharashtra, sur la côte ouest de l’Inde.

Ces magnifiques villages qui entourent la ville de Jaitapur, à 400 Kms au sud de Mumbaï, font partie de l’un des dix plus grands « points chauds de biodiversité » de la planète (ce concept s’applique à des zones contenant au moins mille cinq cents espèces de plantes endémiques et ayant perdu au moins 70 % de leur habitat originel)...
...et Areva projette d’y construire prochainement six réacteurs nucléaires de 1 650 mégawatts.


Notre gouvernement, quant à lui, s'apprête à décider à huis clos de financer (ou non) ce projet mené par la Nuclear Power Corporation of India Ltd (NPCIL), partenaire d’Areva. Cette société, contrôlée par le gouvernement Indien, veut faire de Jaitapur le plus grand complexe nucléaire au monde dans une zone à haut risque sismique.

La société envisage pour cela de déplacer les quarante mille résidents qui vivent des ressources naturelles et des produits de cet écosystème (riz, millet, lentilles, légumes, herbes, poissons et fruits).

Les populations indiennes manifestent contre cette centrale qui pourrait mettre des millions de personnes en danger. Mais longtemps privée des technologies occidentales, l’Inde investit désormais énormément dans l’énergie nucléaire civile et ne se préoccupe guère de l’avis des populations et des dangers liés à l'environnement.

De plus, la cupidité des exportateurs du nucléaire pourrait conduire notre gouvernement à faire aboutir ce projet fou.


L'Inde a déclaré le 19 septembre 2011 qu'elle attendra les résultats des audits nucléaires français (décidés après la catastrophe de Fukushima) sur le réacteur de troisième génération EPR avant de s'engager avec Areva.

Il est donc encore temps de dénoncer ce projet catastrophique et de stopper le prochain Fukushima.

Les négociations ont lieu en ce moment. Signons la pétition appelant le Président Sarkozy et son ministre des Finances Baroin à renoncer à soutenir ce projet nucléaire dangereux.

Les signatures des citoyens français et indiens seront remises dans les bureaux du gouvernement.

vendredi 20 janvier 2012

Trophées de la honte pour les entreprises : "The Public Eye Awards"


En Novembre, nous vous parlions des nominés des "Prix Pinocchio 2011".
Dans la même veine, vous pouvez choisir l'entreprise la plus honteuse de l'année avec "The Public Eye Awards".

Les entreprises les plus irresponsables de l’année sont choisies par La Déclaration de Berne et Greenpeace, afin de les dénoncer ouvertement en prévision du Forum économique mondial de Davos.

Six candidats ont été sélectionnés pour leurs atteintes à l’environnement, pour leurs mauvaises conditions de travail, pour leurs manque de transparence ou parce qu’elles n’assument pas leurs responsabilités sociales d’entreprise.

Deux prix seront remis. Le GLOBAL Award décerné par un jury indépendant et le PEOPLE’s Award, choisi par le vote des internautes du monde entier.
Vous avez jusqu’au 26 janvier prochain à minuit pour désigner votre grand gagnant.

Les entreprises sélectionnées parmi plus de 40 entreprises dénoncées par diverses ONG sont :

  • Tepco pour sa “gestion” de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima et ses failles en matière de sécurité.
  • Syngenta, le plus grand producteur agrochimique mondial écoule de nombreux produits hautement toxiques qui nuisent à l’être humain et à l’environnement.
  • Vale, deuxième entreprise minière de la planète et plus gros producteur de minerai du monde. Son palmarès ? Violation des droits humains et surexploitation de la nature
  • La banque britannique Barclays qui fait grimper le prix des produits alimentaires aux dépens des plus pauvres.
  • L’entreprise minière américaine Freeport McMoran pour les quelque 230’000 tonnes de déchets chargés de métaux lourds sont déversés dans la nature, à proximité de sa mine de Grasberg, en Indonésie.
  • Le groupe Samsung, pour l’utilisation de produits hautement toxiques dans ses usines.
  • A vous de voter !

    Retrouvez aussi les gagnants des précédentes éditions des Public Eye Awards.

    lundi 5 décembre 2011

    Le nucléaire sûr n’existe pas - La preuve par Greenpeace

    Coucou réacteur Nogent Greenpeace
    Ce matin, une équipe de Greenpeace nous a fait un simple mais efficace "coucou"... depuis l'intérieur du réacteur de Nogent-sur-Seine (Aube).

    Avec peu de moyens, les militants de l'organisation écologiste sont entrés sans aucun problème au cœur même des installations nucléaires !
    Greenpeace démontre ainsi - par le biais d'une action sans violence, dans le respect des individus et des installations - que le nucléaire sûr n’existe pas et que les centrales nucléaires françaises sont bel et bien vulnérables.
    Ils sont ensuite montés sur le dôme d’un des deux réacteurs et ont peint le signe danger sur celui-ci.


    D'autres militants se seraient introduits dans d'autres centrales, dont l'organisation refuse pour le moment de préciser les noms. "Si le dispositif de détection d'EDF et Areva est aussi performant qu'ils le disent, qu'ils trouvent ces militants !», précise Greenpeace.


    Greenpeace dans une centrale nucléaire

    Une fouille «approfondie» de toutes les centrales et installations nucléaires en France est en cours.
    Pour suivre la partie de cache-cache, c'est par ici, un live-blog ouvert pour l'occasion par Greenpeace.

    Vous pouvez aussi suivre l'actu de Greenpeace sur Facebook et Twitter

    vendredi 16 septembre 2011

    Faire de l´électricité avec des fruits et légumes - Une des alternatives au nucléaire

    A Moissac dans le Tarn-et-Garonne, une petite centrale électrique produit de l'électricité à partir de melons.

    Dans cette usine, 10 000 T de melons sont conditionnées chaque année. Jusqu´à présent, la destruction des déchets coûtait énormément d´argent à l´entreprise et ceux-ci n´étaient pas valorisés.
    C´est désormais de l´histoire ancienne, grâce à la bio-méthanisation.

    Comment ca marche ?

    Les melons au rebut fermentent dans de grandes cuves et deviennent du méthane (La méthanisation est le processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en absence d'oxygène). Le gaz brûlera ensuite dans un co-générateur, produisant de l´électricité et de la chaleur.
    Le digestat, produit de dégradation finale, peut-être utilisé comme fertilisant pour l´agriculture biologique.

    environnement bio-methanisation AB

    Quels atouts ?

    - Économie sur le traitement des déchets
    - Valorisation des déchets
    - Vente de l´énergie propre produite
    - Utilisation du digestat comme fertilisant pour l´agriculture biologique

    Conclusion

    Optimiser l´utilisation de ces unités de bio-méthanisation (c´est à dire les multiplier, et les utiliser pour chaque fruits et légumes suivant les saisons) pourrait permettre de fournir de l´électricité à prés de la moitié de la population française.
    Voilà une sérieuse alternative au nucléaire, non seulement en France, mais aussi à l´échelle mondiale.

    Ah si seulement Areva et consorts ne tiraient pas les ficelles de cette satanée bourse ! (à moins qu´ils ne tiennent notre président et son gouvernement par les leurs… avec des dossiers longs comme un jour sans pain. Une déclaration Mr Bourgi ?)


    vendredi 24 juin 2011

    Môrice Bénin, Fukushima et championnat du monde des Brassens : Le vrac du vendredi 24 juin en vidéo

    Voilà bien longtemps que nous ne vous avions servi ce vrac du vendredi !

    Aujourd'hui, il se fera en images en commençant par un montage illustrant une chanson de Morice Benin datant de 1972 et intitulée "Les pays n'existent pas".
    Un très bel hymne pour l'abolition des frontières et pour une citoyenneté Mondiale.

    Nous remercions le monteur pour l'utilisation du visuel "Citoyen du monde" illustrant parfaitement les propos du chanteur (à 28 sec et 3min16s). Merci aussi à Pierre Dicietdailleurs pour l'info.



    Vient ensuite ce père de famille qui vit au Japon. Il en appelle, suite à Fukushima, à la "révolution mondiale contre le nucléaire".
    Ses propos sont parfois limites mais sa mise en garde reste sincère, tintée qu'elle est de colère et d'émotion.



    Pour finir, Joann Sfar présente le Championnat du monde des Brassens, organisé par la Cité de la musique en partenariat avec Dailymotion.


    Championnat du Monde des Brassens 3 - Joann Sfar par championnatbrassens

    Vous pouvez aussi participer à l'exposition en envoyant votre vidéo de reprise de Brassens. Attention, le port de la moustache est OBLIGATOIRE.
    Participation: De 23/02/2011 à 22/08/2011
    Vote: De 23/02/2011 à 23/08/2011

    - page 1 de 2