Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


mercredi 19 février 2014

En prison pour avoir refusé de polluer !?

Do you wanna bee - protection abeille
Viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or, Emmanuel Giboulot exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique.
Le 24 février 2014, il passera devant le tribunal correctionnel pour avoir refusé de déverser un dangereux pesticide sur sa vigne. Il encourt jusqu'à 6 mois d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

En juin dernier, pour contrer un risque hypothétique d'épidémie de flavescence dorée, une maladie de la vigne, le préfet de Côte-d'Or a prit un arrêté radical : tous les vignerons devront traiter leur vigne contre la cicadelle, l'insecte qui répand la maladie.
Le problème est que même l'insecticide le moins polluant contre la cicadelle tue les abeilles et la faune auxiliaire, détruisant en définitive toutes sortes d'insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites. Or, Emmanuel Giboulot travaille justement depuis plus de 40 ans à préserver les équilibres biologiques de sa vigne.

Il décide donc, fort logiquement, de lutter contre la cicadelle en choisissant parmi les nombreux traitements naturels bien connus des agriculteurs bio.
Résultat : un inspecteur de la direction régionale de l'Agriculture s'aperçoit qu'il n'a pas déversé de pesticide et il est mis en examen et finalement traîné en correctionnelle le 24 février prochain.

L'IPSN a créé une page de soutien sur Facebook pour Emmanuel Giboulot, mais, vu le contexte, la mobilisation doit aujourd'hui être infiniment plus forte et plus officielle.
Emmanuel Giboulot ne doit pas se rendre au tribunal abandonné de tous. Il doit savoir qu'il est soutenu par des centaines de milliers de personnes.
Nous pouvons aussi changer l'issue de ce procès en rassemblant des centaines de milliers de signatures de soutien.

Car sans réaction massive de la population, ce viticulteur risque très probablement d’être condamné, pour l'exemple.
Et la plupart des agriculteurs bios se verront peut-être obligés d'obéir aveuglément aux injonctions des autorités, y compris si cela implique d'empoisonner leur propre terre et de décimer plus encore les abeilles et autres insectes pollinisateurs.

Signer la déclaration officielle de soutien à Emmanuel Giboulot.



Vous pouvez lire aussi :
Bannir les tueurs d'abeilles
Pourquoi les pollinisateurs sont-ils indispensables ?

mercredi 9 mai 2012

Des étudiants marocains de Taza et de Fès en danger de mort - Exigeons leur libération !

Ezedine Erouissi torture MarocBon nombre d'entre nous connaissons le Maroc. Ses nombreuses beautés qui façonnent le pays, les rencontres imprégnées de curiosité et de respect...
Pourtant, derrière ces bonheurs se cachent des bagnes qui continuent à exister.


Le 1er mai 2012 fut libéré Ezedine Erouissi, étudiant détenu politique, après avoir purgé un calvaire de cinq mois et 135 jours de grève de la faim dans les prisons marocaines. Torturé, blessé, harcelé, vous pouvez lire son "Journal de torture".
Arrêté le 1er décembre 2011 pour son appartenance à la mouvance des Basistes de l’UNEM, (Union Nationale des Étudiants Marocains) centrale syndicale arbitrairement interdite, Ezedine a d’abord été condamné à 3 mois avec une amende de 500 dh, puis en appel à 5 mois de prison.

Aujourd'hui, ils sont encore plus de vingt prisonniers en grève de la faim à travers les prisons du Maroc, à Fès et à Taza notamment, pour que soient enfin écoutées leurs revendications de vie conforme à la déclaration universelle des droits de l'Homme.

Nous pouvons les aider en continuant à signer ces pétitions mises en ligne. Seules des milliers de signatures pourront faire pression sur le pouvoir marocain.
Signez ici ou (et!) et diffusez autour de vous !