Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


lundi 7 janvier 2013

On est à la bourre mais on en pense pas moins

Voilà bientôt une semaine que nous avons basculé en 2013 - rassurés que nous sommes d'avoir échappé à la fin du monde - et nous ne nous sommes pas encore manifestés pour vous souhaiter une bonne année.
Non pas que nous hésitions ou que nous soyons contre ces bons vieux souhaits de santé, de bonheur, de prospérité, d'amour, gloire et beauté. Non pas.

Nous étions seulement en vacances (enfin quasiment - si l'on peut considérer le traitement des commandes et les bilans des marchés de Noël comme des vacances... plaignez-nous !), à savourer le bonheur de ne pas être obligé de...

Après ce repos délicieux, nous ne sommes plus de guingois et revenons tout requinqué pour nous lancer corps et âme dans cette nouvelle année. Année que nous vous souhaitons bien sûr pleine de santé, de bonheur, de prospérité, d'amour, gloire et beauté.
Souhaitons surtout que le Recto prenne le dessus sur le Verso. Que l'équité prenne le taureau par les cornes et la solidarité le diable par les siennes.

Dans deux jours commenceront les soldes. Puis, l'année 2012 s'étant fort bien terminée pour Quat'rues, nous garnirons dès la semaine prochaine la boutique en ligne de quelques nouveautés, histoire de vous faire patienter jusqu'à la nouvelle collection.

En attendant la suite, ne reste plus qu'à vous souhaiter une très belle année 2013. Généreuse en santé, bonheur, prospérité, amour, gloire et beauté.

Recto Verso équitable bio

mercredi 28 novembre 2012

Salon Naturissima et marché équitable de Francheville - 2 rendez-vous en cette fin de semaine où retrouver Quat'rues


Depuis aujourd'hui et jusqu'au dimanche 2 Décembre
, vous pouvez retrouver les vêtements bio et équitables Quat'rues au salon Naturissima - allée 8, stand 805 avec le collectif Grenoble Equitable.

Le salon de l’environnement et la vie au naturel, très attendu chaque année, est le grand salon rendez-vous des amoureux de la nature et propose un programme culturel de qualité et d'actualité. Conférence, tables rondes et ateliers thématiques sont au rendez-vous de ce salon devenu incontournable.

  • Salon Naturissima
  • Organisé par la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère
  • Du mercredi 28 novembre au dimanche 02 décembre 2010 de 10 h à 18 h
  • Alpexpo - Avenue d’Innsbruck - 38100 Grenoble
Plus d'informations sur le site du salon.


Ce dimanche 2 décembre, les T shirts bio et équitables Quat'rues seront présents sur le marché de Noël équitable et solidaire de Francheville.


Un marché convivial où vous trouverez une quarantaine d'associations et structures commerciales, toutes orientées vers les objectifs du commerce équitable ou en lien de solidarité avec des pays en difficulté économique.

Ce n'est d’ailleurs pas un hasard si notre illustrateur est à l'origine de l'affiche de cette journée sympathique placée sous le signe de la solidarité.

  • Marché de Noël équitable et solidaire de Francheville
  • Co-organisé par le GET - Peuples Solidaires et AdM – Lyon Ouest
  • Dimanche 02 décembre 2010 de 10 h à 18 h
  • Au complexe sportif – Route de la Gare de Francheville
Plus d'informations sur le site de GET - Peuples Solidaires

Et vous pouvez bien sûr, encore et toujours, retrouver Quat'rues dans de nombreux points de vente et sur la boutique en ligne !

vendredi 6 juillet 2012

Du poison dans nos vêtements

visuel engagé bio équitable Quat´rues Belle priseRita Lemoine ne se doutait pas que ses chaussures neuves contenaient du diméthylfumarate, fongicide qui lui a provoqué une réaction cutanée spectaculaire et des paralysies musculaires.
Depuis 2009, ce produit est pourtant interdit dans l'UE. Mais de nombreux objets importés, notamment de Chine, échappent aux contrôles.

Si en Asie, le chrome, les pigments et le chlore font toujours autant de victimes dans les tanneries, les travailleurs européens du textile ne sont pas non plus épargnés.

Le documentaire fait la lumière sur de nombreux poisons de l'industrie textile auxquels sont exposés vendeurs et acheteurs, mais surtout fabricants, toujours inconscients du danger de leur travail.
Une belle démonstration que la protection de l'entreprise passe avant la protection du consommateur et du confectionneur.

Ainsi, nous apprenons par exemple qu'H&M (et ses « Conscious Collection ») s'efforce par différents moyens de rendre l'industrie de la mode plus viable, prenant au sérieux leurs responsabilités vis à vis de la production et des fournisseurs" - Ce qui explique sans doute que la marque utilise au moins 200 substances chimiques présentant un danger pour la santé.

Comme expliqué en toute fin de reportage, les vrais vêtements en coton bio ne font pas encore l'objet d'une production de masse.
Seules de petites et moyennes entreprises en proposent actuellement car les critères sont très strictes - coton cultivé dans le cadre d'une agriculture biologique bien sûr, mais aussi aucune utilisation de produits contaminant le tissu (teintures sans métaux lourds, sans résines synthétiques...).

Un vrai produit bio fait donc l'objet d'une attention toute particulière durant tout le processus de fabrication et l'acheminement des produits. Couplée aux valeurs du commerce équitable garantissant des conditions de travail respectueuses des travailleurs et à des visuels engagés réalisés avec des encres à l'eau 100 % écologiques, cela peut donner par exemple... un T-shirt Quat’rues

"Du poison dans nos vêtements"
(Allemagne, 2010, 43mn) - NDR
Rediffusions sur Arte :
Dimanche, 8 juillet 2012, 04h00
Samedi, 14 juillet 2012, 12h40

mercredi 28 septembre 2011

Bisphénol A - Donnez nous aujourd´hui notre poison quotidien

80685759DM006_Recent_Studie
Que les personnes en quête d´optimisme et de bonne humeur passent leur chemin.
Aujourd´hui, après le Nutella aux bonnes noisettes et au méchant DEHP (voir aussi l'article original sur le blog d'Abonéobio), nous parlerons du non moins méchant bisphénol A (BPA) - et on ne peut pas dire que le sujet donne une folichonne envie de sourire.

Avant toute chose, histoire de partir sur de bonnes bases, voici la définition du bisphénol A donnée par l´ami Wiki :
« Le bisphénol A (BPA) est un composé chimique issu de la réaction entre deux équivalents de phénol et un équivalent d'acétone, dont la toxicité sur le corps humain est en débat.»

Et bien ca y est ! C´est officiel ! Nous pouvons désormais changer le temps employé dans la définition. Depuis hier, ce n´est plus en débat. C´était !

En effet, mardi 27 septembre, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a rendu public deux rapports qui avancent de façon catégorique les dangers de ce produit de synthèse largement utilisé dans la fabrication des plastiques.

La première étude - cherchant à disposer d'une vision globale des effets sanitaires du BPA – a permit d´affirmer l´urgence de limiter l'exposition au BPA des populations les plus sensibles.
C´est désormais un objectif "prioritaire", vu ses effets "avérés chez l'animal et suspectés chez l'homme, même à de faibles niveaux d'exposition".

La chose ne serait être aisée, car ce satané BPA se trouve partout !

En effet, un deuxième travail – visant à recenser les utilisations du BPA – conclut que "près d'une soixantaine de secteurs d'activité potentiellement utilisateurs de bisphénol A en France ont été identifiés".
La liste que voici est longue comme un jour sans pain (ou sans poison) : emballages alimentaires, lunettes et lentilles de contact, CD et DVD, câbles, mastics, adhésifs, électroménager, optiques de phare et pare-chocs, articles de sport, appareils médicaux, revêtements de sol, vernis et peintures, encres d'imprimerie...

Nous pourrions cependant être tentés de penser que seuls les emballages alimentaires représentent un danger pour l´Homme.
Et bien pas du tout ! Notre peau, perméable, absorbe bel et bien ce perturbateur endocrinien qu´est le BPA.

Ainsi, trois catégories d'effets "suspectés" sur la santé humaine ont été retenues, touchant à la fertilité féminine, aux pathologies cardiovasculaires et au diabète.
Les effets "avérés" chez l'animal sont au nombre de sept, parmi lesquels l'avancement de l'âge de la puberté, l'augmentation de la survenue de kystes ovariens et de lésions sur la glande mammaire, l'altération de la production spermatique…

Le rapport conclut également que la dose journalière admissible (DJA), fixée au niveau européen à 0,05 milligramme par kilo de poids corporel et par jour pour le bisphénol A, ne constituerait pas réellement un seuil de protection contre les effets du composé chimique.
Suite à ces rapports, la réaction de l'Autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) est particulièrement attendue. En effet, en septembre 2010, l'EFSA avait estimé qu'aucun élément scientifique ne rendait nécessaire d'abaisser la DJA pour le bisphénol A.

Par ailleurs, "un étiquetage systématique de tous les produits contenant du bisphénol A quand il y a un contact du produit avec les populations" a été proposé par la ministre de l'écologie.

Ce ne peut en aucun cas être suffisant. Il est urgent que les grandes instances interdisent tous types de poison, même en dessous du seuil admissible (Ridicule - "On s´empoisonne ?" - "Oui mais doucement alors...").
Ces perturbateurs endocriniens (BPA, phtalate, aspartam…) ne peuvent continuer à entrer dans la composition de produits, quels qu´ils soient, si cela représente un danger concret, même minime, pour l´Homme.
Cela tombe sous le sens non ?

En attendant des changements globaux, nous ne saurons que vous conseiller, au moins d´un point de vue vestimentaire, de vous vêtir en Quat´rues (On ne perd pas le Nord s´il vous plait).
Des vêtements en coton biologique avec des sérigraphies aux encres à l´eau. Le tout labellisé GOTS (Global Organic Textil Standard) et issu du commerce équitable.
Qui dit mieux !?


Sources (en plus des liens intégrés au texte) :
Site de l´ANSES, Wikipédia, Le Monde , Naturenews
Compléments d'informations :
"Les emballages plastiques sont-ils dangereux pour la santé ?" chez Eco-Wizz

samedi 26 février 2011

Earth Hour 2011-Une heure pour la planète...et après?

Earth hour 2011 blog Quat rues vêtements équitables
Il y a un mois exactement, les Eco-informateurs décidaient de relayer très tôt la prochaine heure pour la planète, une pause symbolisant la lutte contre le changement climatique : « Earth Hour 2011».
Un mois plus tard (et précisément un mois avant l’événement), nous voilà pour une première piqûre de rappel. Rappeler l’événement d’une part, mais aussi rappeler qu’au-delà du symbole, notre lutte peut être quotidienne, par le biais de petits gestes écologiques.


L’événement


Le 26 mars prochain, entre 20h30 et 21h30, des millions de personnes sont invitées à éteindre leurs lumières au même moment, aux quatre coins du globe.
L'évènement, symbolique, se veut un message fort et universel adressé aux chefs d'États pour leur demander de définir au mieux les orientations de la politique climatique mondiale.

Il y a en effet urgence à réagir si nous ne voulons pas mettre madame la Terre au placard. Fred Vargas parle de troisième révolution, précisant qu’ « il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais ».
C’est vrai qu’il est grand temps de s’activer pour donner un peu de répit à notre environnement. Mais que faire, nous qui ne sommes ni Dieu, ni super(wo)man ?


Et après


Il n’est pas forcé de vivre dans une yourte ou de devenir un adepte chevronné du Wwofing pour choisir, après cette heure pour la planète, de s´orienter vers un mode de vie plus responsable.
Au-delà du symbole, de nombreux gestes existent pour lutter au quotidien, directement ou non, contre le dérèglement climatique. Plein de petits riens à faire au jour le jour et qui peuvent améliorer la santé de notre planète, et par la même occasion la nôtre.

Mieux consommer

Choisir de consommer des produits fabriqués dans le respect de l’environnement et de l’être humain, c’est déjà contribuer au changement.
Mais il en va aussi de notre santé. Les gros industriels n’hésitent pas à vendre n’importe quoi et tirent profit de notre santé. Ils fabriquent même parfois le médicament pour guérir le cancer... résultat de la consommation d’aliments qu’ils commercialisent aussi !

- Assurons-nous que nos produits sont fabriqués dans des conditions décentes, pour la nature comme pour l'Homme. Fions-nous aux labels existants en apprenant à mieux les connaitre (tous ne sont pas aussi bons qu’ils le laissent entendre).

- Mangeons des aliments issus de l’agriculture biologique, et si possible produits localement ou issus de filière équitable. Nous favoriserons l´agriculture sans pesticides, néfastes aux pollinisateurs, et à notre santé ! Nous pouvons aussi essayer le compostage.

- Habillons-nous bio. Là aussi, favorisons les achats de vêtements fabriqués en local ou issus du commerce équitable. Toujours pas de pesticides, et nous encourageons des conditions de travail décentes aux fabricants.
Il est désormais possible de s´habiller de la tête aux pieds et de vêtir chérubins et amant(e)s !

- N’hésitons pas à utiliser des produits de nettoyage bio, et, si nous avons un jardin, jardinons écolo. Nos araignées et coccinelles, pesticides naturels, nous en seront redevables.

- En fin, en fouillant un peu, il est possible de consommer de façon responsable et intelligente à presque tous les niveaux : Pour jouer, équiper son entreprise, se maquiller, décorer sa maison...

Ce mode consommation peut s'avérer un peu plus coûteux... Sauf si nous apprenons à nous contenter de moins !
Nous trouvons par exemple préférable d'acheter 1 ou 2 t shirt bio et équitables par an chez Quat'rues (exemple choisit complètement au hasard!) que 15 ou 20 différents chez des grandes marques irrespectueuses (ou faussement respectueuses) de l'environnement et des droits humains.
Ce passage à un mode de consommation raisonnée (chez Quat'rues, nous parlons de "Déconsommation") semble inévitable tant il est vrai que nous sommes toujours plus nombreux sur Terre.

Visuel Déconsommation Earth hour 2011 blog Quat rues vêtements équitables et bio Visuel "Déconsommation", Quat´rues

Recycler

Un mode de consommation intéressant car il consiste, par définition, à utiliser des choses déjà existantes. Des sites nous proposent par exemple de donner plutôt que de jeter .
Nous pouvons aussi recycler votre électroménager et en trouver d’occasion, ou encore recycler vos piles et téléphones portables.

Le recyclage peut aussi être synonyme de
design et d’inventivité .

Arrêter de fumer

Cette proposition semble tomber un peu comme un cheveu sur la soupe après les deux premières. Et pourtant, si arrêtez de fumer est souvent un acte motivé par des raisons personnelles, il est important de savoir que le tabac est aussi plus que néfaste à l’environnement et aux droits humains !
De plus, les économies faites peuvent servir à mieux consommer !

Pour aller plus loin

La liste ci-dessus est bien sûr exhaustive. Il y a une multitudes de gestes à adopter au quotidien et les citer tous ici relève de l’impossible.
Nous pouvons aussi, toujours à titre d'exemple, nous inspirer des actes Ekolo[geek], farfouiller dans les dossiers d´Ecolo-info des Eco-Sapiens, ou encore suivre régulièrement les sujets débattus par les Eco-informateurs.

Nous vous invitons d'ailleurs dans l'immédiat à lire les articles édités par certains d´entre eux. Ils fourmillent, c'est sûr, de très bons conseils :

- Abi [vertissimmo]: Earth Hour 2011 - Pollution lumineuse : la facture ne cesse de s’alourdir en France

- Jean-Marc [Marron Rouge]: Earth Hour 2011 - Sans lumières pendant une heure c’est bien mais ce n’est suffisant pour garder notre planète

- Annabel [Un Bureau sur la Terre] : Earth Hour 2011 : un événement mondial pour l’économie d’énergie

- Romain [Objectif Planète] : Earth Hour 2011 : les lumières... et le reste !

- Urus [Quat´rues] : Eath Hour 2011 - Une heure pour la planète... et après ? (Ne cliquez pas, c´est ce billet ci ! ^^)


mercredi 16 février 2011

"Manger peut-il nuire à la santé ?" documentaire sur France 3 - Mercredi 16 février à 22.55

manger peut nuiire a la santé Franc 3_blog QuatRues
"Manger peut-il nuire à la santé ?"
Sur France 3 - Mercredi 16 février à 22.55

Une multitude de noms peu rassurants figurent dans les analyses sanguines de chaque Français : Arsenic, plomb, mercure, dioxine.... Comment ces substances arrivent-elles dans notre organisme ?
Afin de le savoir, la journaliste Isabelle Saporta a remonté les filières de 4 aliments parmi les plus consommés en France : porc, saumon, pomme et pain.

"Manger peut-il nuire à la santé ?" est une investigation longue et rigoureuse menée durant seize mois au cœur de la fabrique alimentaire.
Son objectif ? Décrypter le contenu de notre assiette grâce à une double enquête scientifique et de terrain.
Son but ? Nous permettre de faire face à la multitude d’informations anxiogènes et contradictoires auxquelles nous sommes constamment soumis à propos de ce que nous mangeons.

En effet, les preuves recueillies tout au long du parcours ont ensuite été soumises à l’analyse d’une équipe de scientifiques qui ont accompagnée l´équipe durant l’élaboration du film.
Si leurs conclusions sont inquiétantes, le film ne s’arrête pas à un constat catastrophique. Il tente d’apporter des conseils au consommateur. Le tableau n’est pas complètement noir : mieux manger reste possible.

Un documentaire de Eric Guéret
Une production : Et la suite... ! Productions, avec la participation de France Télévisions


mercredi 27 octobre 2010

Coca-Cola, ethically out of order!

Nous nous faisons aujourd'hui le relais du blog Locavore´Spirit qui relaie lui-même une excellente analyse d´Oxfam - Magasin du monde
La masse de travail est évidement éminemment (spéciale dédicace à France Gall ^^) réduite (encore que...), mais quand l´info est bonne, autant qu´elle circule!
Double-guillemet... c´est parti :

Coca cola Killer

"« Véritable empire mondial, présente dans 200 pays au travers d’environ 400 marques, la firme Coca-Cola jouit d’une notoriété planétaire. 1er vendeur de boissons non alcoolisées au monde, 3e au classement du Financial times des marques les mieux cotées en bourse en 2009 avec 67 milliards de dollars, un chiffre d’affaire estimé à quelques 30 milliards de dollars et plus de 92 000 employés dans le monde ; la firme d’Atlanta fait figure de poids lourd dans l’économie mondiale!

Les actions de sponsoring et l’association de la marque à de nombreux évènements permettent à Coca-Cola d’être incontournable. Les budgets publicitaires colossaux ventant les aspects jeunes et décontractés de la marque lui confèrent une image sympathique et attractive auprès du grand public.

Derrière cette image se cachent pourtant des réalités moins reluisantes de l’activité de la compagnie ! Cette analyse, une ré-actualisation du rapport sur Coca-Cola publié par Oxfam-Magasins du Monde en 2006, propose une synthèse des principales critiques qui ont été fait à l’égard de la multinationale… » voilà comment commence le dossier d’Oxfam sur le Coca-Cola…

Consommation d’eau (eau virtuelle dont Anne-Sophie vous parle en détail dans le guide du locavore ), droits syndicaux, travail des enfants, effets sur la santé, stratégie marketing… tout y passe!
C’est à lire et déguster ici sur le site d´Oxfam - Magasin du monde, avant d’opter pour des options locales et équitables"

mercredi 23 juin 2010

Les Eco-Sapiens sauvent la mise !

Entre Guillon et Porte virés de France Inter et Orange qui veut racheter les parts (de Lagardère) du journal "Le monde", la semaine, déjà bien entamée, s´annonce particulièrement moisie et tout laisse à croire que la liberté d´expression ne sera bientôt qu´un lointain souvenir !

Et bien c´est vrai... Mais pas que ! Non, non, non ! Des poches de résistances ayant vu le jour il y a plusieurs années déjà, continuent d´exister et continuent à observer, commenter, dénoncer, partager !

Parmi elles (les poches), les Eco-Sapiens, qui ne la garde pas dans leurs poches (la langue). Nous vous invitons à lire leur blog et vous comprendrez rapidement que la liberté d´expression a encore de beaux jours devant elle.
Et la bonne nouvelle du jour (vous savez, celle qui contre en partie les deux sales nouvelles de ce début de billet), et qui prouve que la résistance se meut, est que le guide d´achat éthique de référence est depuis hier encore plus clair et toujours plus accessible.

site Eco Sapiens blog Quat rues
"Une esthétique revisitée avec une mise en page aérée et de nouveaux visuels:
Un espace dédié à l'information, composé de dossiers et d'actualités
"les bons labels et les truands" plus visible, l'outil imaginé par eco-SAPIENS pour décoder et suivre l'évolution des différents labels de l'eco-consommation sort de l'ombre.
les possibilités de tri et d'affinage ont été optimisées et la navigation améliorée pour favoriser dans le choix et la qualité d'achat.
• Une nouvelle plus-value est arrivée : "santé environnement" (s'ajoutant à celles déjà existantes : agriculture biologique, empreinte écologique, commerce équitable et économie sociale et solidaire) qui permet par exemple d'identifier un biberon sans BPA ou un drap sans teinture toxique)".

Bref, eco-sapiens.com, un site à (re)découvrir sans hésiter, puis à partager.

mardi 16 mars 2010

Semaine pour les alternatives aux pesticides

Après la journée de lutte contre le Sida, la semaine contre les déchets, le mois de l´économie solidaire... voici venu la semaine pour les alternatives aux pesticides, du 20 au 30 Mars 2010 (oui c´est une longue semaine !)
Ces évènements, loin d´être inutiles, permettent de sensibiliser chaque fois davantage de personnes. Nous pourrions regretter l´aspect éphémère de ces divers manifestations, se disant que chacun se doit d´être conscient et sensible à ces problèmes au quotidien. Le peut on vraiment ? Ces actions auraient-elles autant d´impact en s´inscrivant davantage dans la durée ?
Enfin, revenons en à nos (noirs) moutons : Les pesticides.

pesticides blog Quat´rues vetement equitable
Difficile de rentrer dans le détail tant il y a à dire sur le sujet donc résumons la chose en disant que, aujourd'hui encore, les pesticides sont omniprésents dans l´agriculture intensive. Très vite, le fruit ou le légume transite du champ à notre assiette, puis de l´assiette à notre ventre. Jusque là rien de bien méchant... s´il on omet de dire que les pesticides sont plutôt d´une nature destructrice, et ce aussi bien pour notre environnement que pour notre santé.

Les pesticides sont en effet utilisés en quantités considérable depuis plus d’un demi siècle par l’agriculture intensive.
Plus de 50% des fruits et des légumes produits par l’agriculture intensive en contiennent. Ils finissent finalement dans nos organismes, apportés là par l’eau et les aliments consommés. Nos organismes hébergent ainsi des centaines de molécules toxiques dont de très nombreux pesticides.
Ces pesticides posent un véritable problème de santé publique, et pas seulement pour les utilisateurs qui sont les plus exposés, mais aussi pour la population générale. En effet, les effets de faibles quantités de pesticides , en mélange, pendant des périodes longues posent de nombreux problèmes de santé. (Voir le dossier très complet du MDRGF (Mouvement pour le Droit et Respect des Générations futures)

Ainsi donc, l´ACAP (Action Citoyenne pour les Alternatives aux pesticides) et le MDRGF proposent une semaine pour les alternatives aux pesticides.
Cette semaine a pour objectifs :
- D’informer, de sensibiliser tous les publics sur les risques sanitaires et environnementaux liés à l’utilisation des pesticides
- De démontrer et promouvoir les alternatives viables aux traitements chimiques dans tous les secteurs d’utilisation (agriculture, jardinage, entretiens voiries, espaces verts communaux, habitations, textiles…).

Semaine sans pesticide Quat´rues t shirt bio
Vous pouvez retrouver sur le site dédié à cette semaine une large documentation sur les pesticides, mais aussi et surtout les actions menées et à mener pour de nouvelles alternatives.

Pour finir, on ne saurait mieux vous conseiller que de manger bio (et équitable bien sûr) et de vous habiller bio (et équitable toujours...)

lundi 29 septembre 2008

« Santé & Education pour Tous » Un t-shirt Oxfam France – Agir ici Made By Quat’rues

encart_partenariat_oxfam
Après plusieurs mois de travail, nous avons le plaisir de pouvoir enfin vous présenter notre toute dernière réalisation, en partenariat avec l’association Oxfam France – Agir ici.
Dans le cadre de sa campagne internationale « Santé & Education pour Tous », l’association nous a demandé de créer un visuel illustrant la difficulté de l’accès aux services essentiels dans les pays du Sud, principalement autour des thèmes de la Santé et de l’Education.

"Précipice" par Quat'rues

Lire la suite...