Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot clé - vêtement biologique

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 4 juin 2012

Les marques de mode éthique françaises tombent comme des mouches. A qui la faute ?

La part du gateau - visuel Quat'ruesAprès Azimuts artisans du Népal, c’est au tour d’Ideo de mettre la clé sous la porte.
C’est ainsi deux des plus grosses structures de mode issue d’un commerce équitable qui annoncent leurs fermetures coup sur coup depuis le début de l'année 2012.
Un vrai coup dur pour la mode éthique, et pour le commerce équitable en France plus généralement.


Car il est vrai que le commerce équitable n’est pas au mieux sur le territoire français. Depuis deux ans, il n'enregistre plus de croissance à deux chiffres et en 2011, les ventes n'ont progressé que de 4% à 315millions d'euros.
Bien qu’une majorité de Français ait une image positive du commerce équitable, la proportion d'acheteurs réguliers plafonne à moins de trois Français sur dix.
La crise est bien évidemment en cause mais elle n'explique pas tout. Un sondage BVA publié début mai à l'occasion de la quinzaine du commerce équitable montre que deux freins à l'achat se dégagent: le prix des produits et le scepticisme - 37% de la population reste à convaincre que cette démarche profite réellement aux petits producteurs.


Mais au-delà de ces difficultés nationales concernant le commerce équitable, se dégage dans le monde de la mode éthique un autre facteur important :
Une concurrence de plus en plus forte de grandes marques de prêt-à-porter
ayant décidées d’intégrer quelques vêtements en coton biologique dans leurs collections.


H%M collection inconsciente et menteuseH&M, La Redoute, C&A, Monoprix et autres adeptes du greenwashing, ont désormais compris qu´avoir quelques produits en coton bio en rayon (il s´agit souvent de même pas 1% de leur collection complète) peut s’avérer fort utile pour attirer une clientèle désireuse de mieux consommer sans trop fouiller. Les clients glissent un produit bio (s´il ne fait pas parti de ceux de l´affaire des traces d’OGM décelées dans le coton bio … qui fut bien moins médiatisée que ces collections bio) dans leur panier, au milieu de nombreux autres produits en coton conventionnel, fabriqués dans des conditions loin d’être équitables (même s’ils souhaitent parfois faire croire l’inverse en nommant par exemple leur collection « H&M Conscious ») et vendus avec des marges ahurissantes.
Ce produit bio permet cependant à ces marques de sortir une armada de commerciaux et de publicités vantant les mérites écologiques de la marque.


Ainsi, difficile de faire face à ces gros exploiteurs adeptes du greenwashing et disposant de moyens de communication énorme.

Pour l’instant, chez Quat’rues, les visuels nous permettent de nous distinguer (l’association de thématiques engagées et le graphisme unique constituent l’âme de la marque) et de traverser cette période difficile pour le commerce équitable, et ou l’offre du vêtement en coton bio est récupérée par des marques de la grande distribution.
Mais tiendrons-nous ? Pouvons-nous, les petits, nous qui travaillons réellement dans le respect de démarches éthiques et environnementales, survivre ?

La fin des aventures d'Azimuts et Ideo semble malheureusement prouver que non. Nous souhaitons aux membres de ces équipes bon courage.
Et de chouettes nouveaux chemins à parcourir…

lundi 23 avril 2012

OVNI au lac de Salagou


Adrien
, Organisme Vivant Non Influençable, est allé promener son t-shirt équitable et bio du même nom sur les bords du lac de Salagou, situé à 50 km de Montpellier.
Il nous en ramène une bien jolie photo pour notre catégorie Quat'rues autour du monde. Merci !

quat'rues au lac de Salagou

vendredi 21 mai 2010

20 cents le t-shirt, c'est indécent !

salaire decent t shirt Oxfam
Voilà une information, doublée d'une pétition, qui a logiquement attiré toute notre attention. Nous vous invitons donc à signer cette pétition lancée par Oxfam Belgique.

Source :Oxfam
"Indécent effectivement ! Parce que 0,2 €, c'est ce qui revient à la couturière de Chine, d'Inde, du Bangladesh ou d'ailleurs qui a fabriqué un t-shirt vendu 20 € chez Carrefour, Cora, Aldi, Lidl, Trafic...*
Et 20 cents, ce n'est pas suffisant pour se loger, se nourrir, se vêtir, aller à l'école, avoir accès aux soins de santé... Pourquoi si peu ? Parce que les grandes surfaces sont des superpuissances économiques en position dominante. Elles concentrent un pouvoir énorme qui leur permet d'imposer leurs règles aux travailleurs du Sud et du Nord.** Comment agir ? Interpellez Aldi, Carrefour, Cora, Lidl et Trafic pour réclamer un salaire décent pour les travailleurs de l'habillement. Je signe ! Utilisez aussi votre pouvoir d'achat. Informez-vous et favorisez des produits utiles, de qualité, réutilisables, réutilisés, réparables, locaux, issus d’une économie sociale, solidaire ou équitable.

* Découvrez où "disparaissent" les 19,8 euros restant sur www.salairedecent.be.
** Plus d'infos dans La grande distribution pour les nuls ou dans Déclics, le magazine d'Oxfam-Magasins du monde".

jeudi 25 juin 2009

C´est l´été... C´est les soldes... Et chez Quat´rues, on fait des t-shirts! (principalement)

C´est l´été. C´est les soldes... [1]
... et sur la boutique en ligne Quat´rues, vous trouverez de nombreux vêtements équitables qui ressemblent très souvent à des t-shirts équitables et biologiques...

Ça tombe plutôt bien non ! Un t-shirt équitable et quittable en été! N´attendez plus!
Si vous voulez connaitre l´âge du capitaine [2] (et les soldes qui vont avec), rendez-vous sur la boutique en ligne Quat´rues.

Soldes collections printemps été 2009 24 juin

Notes

[1] Quat´rues est seule à supporter cette réduction de prix, sans aucune incidence financière sur les producteurs et les intervenants de la chaîne d'approvisionnement.

[2] Avouez que vous avez sourit!