Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


jeudi 29 mars 2012

Je vis mon vote par procuration, devant (ou non) mon poste de télévision

Procuration élections présidentielles 2012
Dans moins d'un mois aura lieu le premier tour des élections présidentielles. Certains voteront à gauche, d'autres à gauche droite. Peu importe (ou presque...).
L'important, tout le monde l'a compris, est d'aller voter.
Comme vous êtes consciencieux, citoyens et prévoyants, vous étiez bien sûr inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2011, et pourrez donc voter en 2012.

Ce qui est parfois moins prévisible, c'est de savoir si oui ou non, nous serons à proximité de notre bureau de vote le jour J. Surtout que les élections présidentielles tombent cette année pendant les vacances de Pâques (pour l'un des deux tours ou les deux selon les zones).

Étant moi-même loin des urnes ces jours de vote à venir, j'ai, il y a peu, fait une procuration. Je vais ainsi pouvoir m'éloigner suffisamment du sol français afin de m'épargner les derniers tumultes du quinquennat finissant.
Cette démarche est très facile et très rapide a réaliser.
Voici en quelques points comment voter par procuration.

Définition

La procuration offre la possibilité à tout citoyen dans l'incapacité de se rendre à son bureau de vote - pour raisons de santé, professionnelles, parce qu'il est en vacances ou qu'il habite dans une autre commune que celle de son bureau de vote - de confier le soin de voter pour lui à quelqu'un d'autre.
Petit conseil : Faites en sorte que ce quelqu'un d'autre soit quelqu'un de confiance. Ce conseil semble inutile mais on n'est jamais trop prudent !

Où faire sa procuration ?

Le mandant - celui qui veut se faire représenter - doit se rendre en personne au commissariat de police, à la brigade de gendarmerie ou au tribunal d'instance de son domicile ou de son lieu de travail. A l'étranger, il doit se présenter au consulat ou à l'ambassade. Cette démarche est gratuite.

A qui donné sa procuration ?

Le mandataire - celui qui vote à la place du mandant - doit répondre à trois conditions : jouissance de ses droits civiques, être inscrit dans la commune du mandant et ne pas avoir reçu d'autre procuration en France. Le mandataire ne reçoit aucun document le jour du vote. C'est le mandant qui l'avertit du bureau de vote où il devra se rendre.
Petit conseil bis : Faites en sorte que ce mandataire soit quelqu'un de confiance. Ce conseil semble superflu mais on n'est jamais trop prudent ! (Ciel, me répète-je ?!)

Quand ?

Une procuration peut être réalisée tout au long de l'année. En théorie, elle peut-être établie jusqu'à la veille du scrutin.
Petit conseil : Mieux vaut s'y prendre à l'avance en raison des délais d'acheminement et de traitement du dossier à la mairie.

Quelles pièces fournir ?

Le mandant doit fournir un justificatif d'identité. Il remplit sur place un formulaire où lui sont demandées des informations sur son mandataire : nom, prénom, adresse, date et lieu de naissance.

Durée de validité

La procuration est établie en théorie pour un scrutin déterminé, pour l'un des deux tours ou les deux. Mais elle peut aussi courir pour une durée plus longue, dans la limite d'un an si l'intéressé est dans l'incapacité physique de se déplacer de façon durable.


Et voilà.
Vous pouvez maintenant vous absenter et regarder les résultats sur un écran à l'autre bout du monde en toute quiétude - assuré que vous êtes que le destin de la France dépend aussi de vous.
C'est quand même bien fait, non ?

mercredi 23 novembre 2011

Flan de vigueur : Prendre aux pauvres pour donner aux riches

Il flotte dans l’air comme un sentiment d’injustice.
Comme si les inégalités, trop longtemps camouflées par l’omni-prudence du gouvernement et des grands entrepreneurs, venaient doucement à se frayer un chemin entre leurs propos hypnotiques et mensongers.
Ainsi, il semblerait que les classes populaires et moyennes soient un tantinet exaspérées de payer pour les plus riches. Si certains s’indignent déjà ouvertement, il n’en faudrait pas beaucoup plus pour qu’un bien plus grand nombre s’agitent… enfin ?

Le 7 novembre, le Premier Ministre annonce une série de mesures que le gouvernement va prendre pour réduire la dette du pays, soit 6.5 milliard d'euros, afin d'éviter la faillite. Pour cela il est prévu :
- une hausse de la TVA à taux réduit de 5.5% à 7% sur les services dont la restauration, le bâtiment (services aux particuliers)
- le gel de la revalorisation des prestations sociales
- la revalorisation de l'impôt sur le revenu pour les classes moyennes
- dépenses de santé à réduire
- hausse de la taxe sur le patrimoine
- avancement de l'âge de la retraite à 62 ans de 2018 à 2017
- gel des salaires du président de la république et des ministres gelés mais non baissés le temps de la crise.

Gasp !
Voici un certains nombres de résolutions vouées à faire des économies, sans contestations possibles !
Mais qui donc va payer ? Ne sont-ce pas là encore et toujours les classes populaires et moyennes qui seront les plus touchées ?
Les classes sociales supérieures ne pourraient-elles enfin payer (un peu plus ?) afin de réduire au maximum les sacrifices imposés aux plus modestes ? Ce pour une répartition (un peu plus ?) égalitaire des richesses... Peut-être ?

Voici un tableau, certes assez simplifié, mais tout de même réaliste, où est établi le parallèle entre le déficit de l’état et ce dont il se prive pour satisfaire les plus fortunés. (Vous avez aussi cette petite vidéo réalisée par l'opposition qui valide la valeur des chiffres).

Que faire ?
On se sent bien démunis face à cette volonté du gouvernement de continuer à faire le jeu des plus riches. Pour contester, certains trouveront peut-être le courage d'affronter le froid en rejoignant les indignés de la défense.
Pour ceux qui, comme nous, habitent trop loin (et ont une petite santé), et trouvent la solution de Bridget Kyoto un brin radical, il reste :
- la possibilité de signer cette pétition pour dire non à ce plan de rigueur.
- Se souvenir que nous sommes nombreux à en avoir ras la casquette (bien plus nombreux que ceux à qui profitent ces nouvelles mesures).
- Et garder en ligne de mire les urnes de 2012. Alors, ensemble, tout deviendra possible (ah non merde !) nous en ferons des jolies choses! Si si!

Visuel Quat'rues à venir dans la prochaine collection

lundi 21 novembre 2011

Le pouvoir de l'argent... ou "acheter, c'est voter" !

consommer autremant - acheter c'est voter"Acheter en conscience aide à faire évoluer le système social dans un sens ou dans l'autre", suggère Pierre Rabhi.
En effet, chacun de nos actes d'achat participe, comme un vote, à la construction d'un monde prenant en considération l'Homme et l'environnement. Un monde dans lequel nous souhaitons évoluer.

Le site www.consommerautrement.net, initiative du Marché Citoyen et de Colibris, vous propose de découvrir pourquoi et comment voter avec vos achats.
5 étapes pour apprendre à consommer autrement au quotidien :
- Décider où faire ses achats
- Sélectionner le producteur
- Évaluer la valeur d'un produit
- Connaitre les impacts
- Acheter... ou non

A la fin de cet exercice enrichissant, vous pourrez voir et comparer vos résultats. Si vous le souhaitez, vous pourrez aussi choisir de participer à un tirage au sort avec de nombreux lots à gagner.

visuel engagé Code-barre-toi   T shirt bio et équitable "Code-barre-toi"