Mot-clé - travail des enfants

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 12 juin 2019

Journée mondiale contre le travail des enfants

Le 12 juin est la journée mondiale contre le travail des enfants.
Le travail des enfants constitue une violation de leurs droits fondamentaux et perpétue le cercle vicieux de la pauvreté car il empêche ceux-ci d'acquérir les compétences et l'éducation nécessaires pour améliorer leur avenir.

Malgré l'adoption en 1989 de la Convention des droits de l'enfant, le problème du travail des enfants persiste encore aujourd'hui à différents niveaux, partout à travers le monde.

Acheter des produits eco responsables - des vêtements équitables, bio et engagés Quat´rues par exemple - c'est s'assurer qu'aucun enfant n'a contribué à sa fabrication.

#CommerceEquitable #CotonBio #TravailEnfant #12juin

Visuel Quat'rues "Usine buissonière"

mercredi 27 octobre 2010

Coca-Cola, ethically out of order!

Nous nous faisons aujourd'hui le relais du blog Locavore´Spirit qui relaie lui-même une excellente analyse d´Oxfam - Magasin du monde
La masse de travail est évidement éminemment (spéciale dédicace à France Gall ^^) réduite (encore que...), mais quand l´info est bonne, autant qu´elle circule!
Double-guillemet... c´est parti :

Coca cola Killer

"« Véritable empire mondial, présente dans 200 pays au travers d’environ 400 marques, la firme Coca-Cola jouit d’une notoriété planétaire. 1er vendeur de boissons non alcoolisées au monde, 3e au classement du Financial times des marques les mieux cotées en bourse en 2009 avec 67 milliards de dollars, un chiffre d’affaire estimé à quelques 30 milliards de dollars et plus de 92 000 employés dans le monde ; la firme d’Atlanta fait figure de poids lourd dans l’économie mondiale!

Les actions de sponsoring et l’association de la marque à de nombreux évènements permettent à Coca-Cola d’être incontournable. Les budgets publicitaires colossaux ventant les aspects jeunes et décontractés de la marque lui confèrent une image sympathique et attractive auprès du grand public.

Derrière cette image se cachent pourtant des réalités moins reluisantes de l’activité de la compagnie ! Cette analyse, une ré-actualisation du rapport sur Coca-Cola publié par Oxfam-Magasins du Monde en 2006, propose une synthèse des principales critiques qui ont été fait à l’égard de la multinationale… » voilà comment commence le dossier d’Oxfam sur le Coca-Cola…

Consommation d’eau (eau virtuelle dont Anne-Sophie vous parle en détail dans le guide du locavore ), droits syndicaux, travail des enfants, effets sur la santé, stratégie marketing… tout y passe!
C’est à lire et déguster ici sur le site d´Oxfam - Magasin du monde, avant d’opter pour des options locales et équitables"

mardi 20 octobre 2009

"Coup de gueule du mardi 20 Octobre" ou comment le pouvoir de l´argent fait la nique à la cohérence...

Il est vrai que les visuels Quat´rues peuvent être un peu "voyant" dans certaines situations**.
Mais pour nous, chez Quat´rues, l´important est vraiment de créer un visuel qui interpelle les gens, sans pour autant juger sans réflexion. C´est pourquoi les visuels sont tous engagés et plutôt accrocheurs. Nous sommes conscients que certaines personnes ne souhaitent pas afficher de tels engagements sur leurs lieux de travail, et c´est pourquoi nous avons inventé les soirées et week-ends (enfin, ce n´est pas vraiment nous qui l´avons inventer, mais on aime vraiment l´idée).
Enfin, pour être cohérent, nous utilisons toujours un support issu du commerce équitable et dans la plupart des cas en coton bio. Nos sérigraphies sont aux encres à l´eau, donc 100 % écologique et de meilleure qualité.

Tout ceci, comme vous devez vous en douter, a un prix, et comme nous jouons la transparence, nous pouvons vous dire que nous margeons en moyenne à 2,6. En clair, un t-shirt que nous vendons 26 euros TTC, donc 21,74 euros HT, nous coûte entre 8 et 9,50 euros (cela dépend du volume et du nombre de couleurs pour le visuel). Le calcul est vite fait et pas la peine de vous parler des ventes indirectes où les marges sont encore plus basses ! Et bien on a pas peur de le dire...

En parallèle, Monoprix et autres marques du genre, en vendant leurs t-shirts 12 euros (voir parfois moins), margent sans doute bien plus que nous car ils travaillent sur des volumes bien plus importants... Et quand bien même ils ne margeraient pas davantage sur ce produit, ils ont énormément de références non-équitables où leurs marges sont très largement supérieures! Au final, ils communiquent sans complexes et sans limites sur une ou deux références bio ou équitable, rarement les deux, en vendant à côté, avec encore moins de complexe, des milliers de références issues de filières conventionnelles (lire "non équitable", pour lesquelles travaillent parfois de jeunes enfants payés une misère, tout comme les adultes d´ailleurs) et en faisant du tort aux petites et moins petites entreprises qui n´ont que des marges justes (là, lire "équitable").

Et le pire dans tout ceci est de se dire que ce sont ces petites entreprises qui ont eu le cran, au départ, de se lancer dans un commerce alternatif, plus juste pour tous. Et ce serait aux gros bonnets, ayant les moyens de communiquer, de récolter les fruits d´un engagement économique social et solidaire.
"Et bien oui, mon brave monsieur, que voulez-vous ?! Faut pas être aussi naïf hein..."
Naïf, non, mais en colère, je peux ?!


**Même si, à titre d´exemple, nous sommes, entre autres, vendus à Vienne (Autriche) dans une boutique qui fait des costumes sur mesure, l´idée étant que le t-shirt tranche avec le costume de rigueur souvent un peu trop classique. C´est pas mal du tout d´ailleurs.